Leonard Cohen : More darker, more zen !

Il y a des artistes intemporels … Leonard Cohen est de ceux-là ! Il a marqué de nombreuses générations et arrive encore à en attirer de nouvelles. Le Maître sort aujourd’hui son 14e album studio: You Want It Darker. Chronique ! 

Une chose est sûre, à 82 ans, la voix de Léonard est encore plus profonde, rocailleuse et prend toujours aux tripes.

Le dandy était revenu « aux affaires » en 2008 (après avoir été arnaqué par sa collaboratrice) pour une tournée qu’on aurait pu appeler « perfection tour ». Elle s’était prolongée pendant 5 ans (plus de 350 concerts dont une bonne quinzaine en Belgique) !

Il est devenu très productif ces dernières années (3 albums originaux en 4 ans) sans perdre son génie. L’œuvre présente est sombre, mystique et aborde le temps qui passe. Il est produit par Patrick Leonard et Adam, son fils, qu’il a eu avec la célèbre Suzanne. Certaines chansons ont été co-écrites par sa complice de longue date Sharon Robinson.

leonardcohenmy
Leonard Cohen à Gand pour son Old Ideas World Tour en 2012 (Pics by Guillaume)

Le single qui donne le nom à l’album, parle de son enfance et rend hommage à son grand-père qui était rabbin. Le rythme et le chœur de la synagogue Shaar Hashomayim sont tout simplement un enchantement. Ce morceau apparaît dans l’excellente série Peaky Blinders avec Cillian Murphy.

Il parle beaucoup de la mortalité et de religion, deux thèmes très liés. C’est d’ailleurs le sentiment qui revient à de nombreuses reprises à l’écoute de ce bijou notamment avec la ballade « Leaving the table » et ses paroles sujettes à interprétation : « I’m leaving the table, I’m out of the game ! » … Est-ce un album testament ?
Cette fin … on ne veut pas l’entendre (il a d’ailleurs ironisé lors de la conférence de presse en disant qu’il souhaitait vivre jusque 120 ans) mais peut importe ce qu’il décide, il restera éternel.

Au fur et à mesure de l’écoute, il est difficile de faire un choix précis sur une chanson plus qu’une autre, car le disque s’envole à chaque fois qu’on entend les volutes des violons et les douces notes de piano et de guitare.

Un album assez court (trop peut-être !) mais qui enchantera ses fans par la sobriété des mélodies, ses paroles et ses fameux chœurs qui font sa signature musicale depuis des décennies.
Un opus émouvant qui s’écoute au coin du feu avec un bon millésime, une petite pépite qui va briller en cette fin d’année.

Sincerely, Thank You Leonard Cohen !

Coups de coeur : Treaty, Leaving the table, On the level

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s