Romano Nervoso: dernier rock pour Sergio Leone

Le rock’n’roll, vous connaissez. Le western spaghettis, vous connaissez. Mais est-ce que vous connaissez le rock spaghetti ?! Non ? Alors embarquez avec Romano Nervoso pour le découvrir durant « I don’t trust anybody who doesn’t like rock’n’roll ». Chronique !

Romano Nervoso, c’est l’odeur brute du punk rock belgo-italien (ou italo-belge, on ne sait plus trop). Originaire de La Louvière, le groupe porte fièrement ses couleurs multiples, notamment sur « Sex, drugs, rock n’roll & dolce vita » et « Looking for sun » où cette chaleur méditerranéenne se ressent d’une bien jolie manière, et sur « Thursday night fever (at the Rockerill) », le Rockerill étant une salle de concerts basée à Charleroi. Avec dix titres pour 28 minutes, la formation va droit au but, pas de chichi, on va d’un point A à un point B (ou à un plan B si on s’appelle Christine Angot) sans fioriture, sans mensonge et c’est finalement cette sincérité qui fait plaisir à entendre ; il est nécessaire, en 2018, de pouvoir revenir aux fondamentaux de la musique sans bidouiller son travail. Les compositions sont fortes, puissantes et justes, personne dans le groupe ne se perd dans des tentatives techniques absurdes, cet album reste propre tout en étant sale.

Romano Nervoso, c’est aussi le nom du chanteur de groupe mais c’est avant tout une voix, un grain cassé et rocailleux dans la pilosité de Sébastien Tellier. Ce timbre rappelle l’essence même du punk des années 70, un truc profond qui envoie du lourd et qui prend aux tripes. On vous conseille d’ailleurs d’écouter l’incroyable « In my mind » en duo avec B.J. Scott, une autre voix atypique qui se mélange à merveille avec celle de Nervoso.

Pour en revenir au rock spaghetti, c’est certainement « Meet the 300 sicilians » qui vous permettra de mieux définir ce nouveau genre musical. Allez écouter. On attend… Vous voyez qu’on avait raison ?

Bref, les Romano Nervoso servent un album qui sent bon le punk rock, l’huile d’olive et les cités minières. Rapide et efficace, « I don’t trust anybody who doesn’t like rock n’roll » est un disque qui motive, qui bouge, qui fait du bien et on ne peut que s’imaginer en profiter en live car croyez-nous, Romano Nervoso, c’est la garantie d’un excellent moment en concert !

Pic by Kmeron
Pic by Kmeron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s