CHANCE : sereine mélancolie

Il y a plus de quatre ans, Antoine Chance sortait le séduisant Fou. Aujourd’hui, oubliez Antoine Chance, accueillez CHANCE ! Son premier album Fantôme sort ce 26 octobre. Chronique !

C’est un virage complètement différent que prend cette fois-ci CHANCE. Avec cet album, Il s’inscrit dans une lignée plus électro/expérimentale. Les guitares acoustiques de Fou ont presque complètement disparu et laissent leur place à des pads et synthés. Changement radical donc mais cela valait-il la peine ?

On doit bien admettre notre surprise lorsque sont sortis Si vivante et Eléonore, les deux premiers titres. Nous qui avions tant aimé cet univers doux et mélancolique à la fois nous retrouvions face à un monde à l’extrême opposé. Cependant, plusieurs écoutes nous ont permis de nous familiariser avec cette nouvelle facette. En optant pour ce style, CHANCE délivre quelque chose de plus sombre musicalement. Les claviers donnent davantage d’amplitude à ce disque, le tout renforcé notamment par des basses puissantes sur le titre Fantôme. Ce qui fait la beauté de cet album, c’est le côté « one shot ». En effet, certains passages sont issus de premières prises, quelques imperfections se sont aussi glissées au fil des huit morceaux mais c’est ce qui donne à Fantôme ce côté authentique à souhait.

Pour les fans de la première heure, rassurez-vous, le chanteur n’a rien perdu de sa superbe vocale ! Il faut bien avouer que la voix de CHANCE joue beaucoup dans le rendu final (normal nous direz-vous). Ce qui nous avait marqué le plus sur le premier album était cette façon de chanter de la poésie. Force est de constater qu’il n’a pas perdu de sa superbe. Entouré de Carl Roosens (Carl et les HommesBoîtes pour les connaisseurs) et de Marcel Kanche, le parolier de Bashung (entre autres, pardonnez le peu), notre compatriote sort des textes dans la veine de ses prédécesseurs et c’est donc là qu’on se plaît à le retrouver, qu’on se dit « Pas de doute, il est toujours bien présent ! »

Fantôme est donc un album troublant autant que touchant, réussi autant que déstabilisant mais surtout, un album dans lequel CHANCE se lâche et semble avoir trouvé ses marques. Nous l’avions déjà trouvé très à l’aise sur scène cet été aux Francofolies de Spa, ce second opus confirme notre impression.

Pic by Miko/Miko studio
Pic by Miko/Miko studio

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s