High Hopes on Kodaline

On sait que les pays anglo-saxons sont réputés pour leur musique folk endiablée mais le groupe montant actuellement est, sans nul doute, Kodaline. Fondé en 2011, ce groupe se fait connaître fin 2012 lorsque Google choisit un de leurs titres pour la vidéo qui résume l’année. Ce 13 juin, ils sortaient leur tout premier album intitulé « In a perfect world ». Chronique !

L’album s’ouvre sur « One day », très beau titre qui transporte déjà l’auditeur dans un autre monde nostalgique mais rempli de douceur avec l’apparition des chœurs. La voix de Steve Garrigan est magique, comme à son habitude.

« All I want », c’est LE morceau qui a lancé la carrière du groupe. Celui-là même dont je vous parlais dans l’introduction. Chanson absolument magnifique tant au niveau instrumental qu’au niveau du texte. « All I want is, and all I need is to find somebody like you », voilà ce que l’on peut entendre et qui résume très bien cette chanson. Histoire d’amour foirée, rupture difficile, solitude, si vous ressentez un de ces symptômes alors cette chanson n’est peut-être pas faite pour vous mais c’est impossible de passer outre. Emotion à l’état brut…

Après ces frissons, place à « Love like this » qui a la plus grosse touche de folk. L’intro guitare/mandoline avec ces sifflements, ça sent bon le soleil et les bonnes petites soirées entre potes (j’ai bien dit soirées, pas la méga teuf alcoolisée !!). Mais encore une fois, revirement de situation quand débute « High hopes ». Avec ses paroles empreintes de tristesse et d’amour, cette chanson en fera larmoyer plus d’un lorsqu’on entend Steve dire «but I got high hopes, it takes me back to where we started » (mais j’ai de grands espoirs, cela me ramène là où tout a commencé).

Cinquième morceau : « Brand new day ». Le refrain permet de faire entendre toutes les voix en un seul choeur (Steve, Vinny, Mark et Jason). Morceau plutôt pop british, il est très agréable à l’écoute avant de passer à « After the fall » qui reste aussi dans cette mouvance pop qui pourrait très bien aller à des groupes comme Coldplay, par exemple.

Avec « Big bad world », ils reviennent à la pop mélancolique qui leur sied si bien. Piano, batterie, voix et fond de guitare, c’est à quelques détails près ce qui pourrait être la recette d’un morceau parfait pour Kodaline. Ce titre me transporte encore un peu plus loin dans cet univers magique…

« All comes down », c’est peut-être la chanson qui met le plus en avant le groupe en lui-même que la voix de Steve. Le talent n’est pas que vocal dans la pop/folk, il réside aussi dans le band au complet et ces gaillards le prouvent bien.

« Talk », c’est la douceur auditive qui en ressort. On aurait presque envie d’être amoureux en entendant de telles mélodies… Hélas, « Pray » vient stopper ces bons sentiments se révélant être le morceau le plus sombre de l’album. Une certaine déchirure apparaît dans la musicalité de cette chanson ainsi qu’une souffrance dans la voix du jeune chanteur lorsqu’il dit « I pray for you, youpray for me ».

Dernier titre, déjà, « Way back when ». Pour terminer l’album, c’était le bon morceau. Tout le groupe chante en chœur sur les refrains et se remémore plusieurs bons moments appartenant au passé. Bonne conclusion…

Premier album très réussi donc pour les Irlandais de Kodaline !! Ecouter leur musique, c’est écouter la tristesse avec joie, se laisser transporter par une certaine mélancolie joyeuse. En bref, c’est du bonheur et des frissons à volonté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s