Interview: Mango Moon

Vous fêtez ce week-end votre premier anniversaire, est-ce que vous pouvez nous expliquer ce qu’a été Mango Moon pendant cette année écoulée ?

– Un an déjà ? C’est passé tellement vite ! Cette année a été dingue ! Du pur bonheur. Autant sur le plan humain que musical. Une véritable expérience de vie ; des barres de rires mais aussi énormément de travail. Des heures passées dans le studio de répète, à écrire, composer et créer. Des rencontres, un paquet de concerts et surtout la préparation de notre premier EP.

Vous êtes cette semaine en studio pour enregistrer votre EP, à quoi doit-on s’attendre pour cet enregistrement ?

– On a vraiment essayé de faire de notre EP quelque chose de très spontané proche de nous et de nos influences. Autant au niveau de l’énergie et des grooves que des textes. Les phases d’écriture et de composition ont fait partie intégrante de notre quotidien pendant plusieurs semaines. Après avoir écrit un paquet de titres, nous avons finalement sélectionné 5 tracks qui représentent au mieux notre style. L’EP sera finalisé fin de cette année et nous prévoyons une release party en février. Et bien sur, on espère tourner un max dès début 2017 !

Pouvoir enregistrer dans un studio professionnel donne souvent une plus grande liberté créatrice, allez-vous expérimenter des choses plus dingues qu’à l’accoutumée ?

– Nous avons choisit d’enregistrer notre EP au Key Org Studio. Christophe, le propriétaire, est vraiment chill. Leur matos est incroyable et on a pu passer pas mal de temps sur la recherche et le travail des sons. On a pu pour l’occasion être immergé pendant 4 jours, ce qui a créé un mood vraiment top qui a favorisé l’expérimentation, même si nous avions préparé au mieux notre passage en studio, afin d’être le plus efficaces possible.

Vous vous décrivez comme un groupe funk/rock mais en écoutant vos premiers titres, il y a également un côté très pop et parfois même à la limite du reggae que propose, par exemple, Selah Sue. Quelles sont finalement vos influences à chacun et comment mettez-vous ça en commun pour créer votre style ?

– Le Funk-Rock, c’est la base de notre musique. C’est ce que nous avons en commun. C’est quelque chose qui est encré en nous, on ne peut pas faire sans. On vient chacun d’univers musicaux très différents et chacun a ses propres influences, au final on est devenu très complémentaires. Notre musique reflète ce que chacun d’entre nous voudrait en faire. Comme une sorte de fusion. Faut que ça groove et puis c’est tout.

Vous avez eu pas mal de dates cet été et d’autres encore sont à venir, c’est un excellent démarrage pour un aussi jeune groupe que Mango Moon. Du coup, quels conseils pourriez-vous donner aux groupes qui ont envie de se lancer dans l’aventure musicale ?
– Effectivement on a eu pas mal de dates cette année ; on a eu la chance de jouer sur la scène de la Madeleine, nous avons aussi fait quelques festivals et même commencé à jouer à l’étranger. Il n’y a pas de secret ; il faut se donner les moyens. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, alors il faut se donner au max, repousser ses limites. Tous les jours se lever pour son projet, avoir confiance en lui. Se remettre en question, être attentif aux critiques et aux conseils et apprendre à bien s’entourer. Et surtout, faut que ça joue en place.

Vous étiez programmés à l’affiche des 24h vélo de Louvain-la-Neuve le 26 octobre prochain, est-ce que vous seriez prêts à organiser un concert « sauvage » si les étudiants décident d’aller contre la décision de l’annulation en organisant tout de même autre chose ?

– Un concert sauvage ? Ça c’est cool ! Le genre d’expérience qu’on trouve vachement excitante ! On est toujours chauds pour jouer dès qu’on en a l’occasion ! D’ailleurs ça nous rappelle un concert qu’on avait donné en France cet été, on était arrivés un peu plus tôt que prévu pour profiter du beau temps sur la terrasse du lieu où on jouait. Comme elle était pleine à craquer et qu’il n’y avait pas encore grand monde à l’intérieur, on a décidé d’installer la scène sur le trottoir et de commencer le concert. C’était dingue, jusqu’à ce que la police vienne mettre fin à notre set, une chanson avant la fin heureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s