Depeche Mode: so much deception

Parmi les grosses machines qui font leur grand retour en 2017, il y a Depeche Mode. Dave Gahan et sa bande sont de retour ce 17 mars avec leur nouvel album « Spirit ». Chronique !

Après le réussi « Delta machine », précédent opus sort en 2013, le groupe était resté relativement discret concernant la suite des événements et même pour la promo de cette nouvelle galette, seul « Where’s the revolution ? » était sorti en guise de teaser. Peur de la critique ? Volonté de faire monter l’envie ? Allez savoir… Justement, ce single unique annonçait quelque chose d’intéressant ; une intro synthé, un refrain guitare furieuse, la voix toujours au top de Gahan, le tout formant ainsi une sorte d’ambiance inquiétante. Oui, l’appel à la révolution était bien là et donnait envie d’un album tout aussi révolutionnaire. Mais non. En effet, l’ensemble de l’album se révèle rapidement ennuyeux de par sa lenteur et son manque d’inspiration.

Les compositions ne décollent pas ou alors très peu et les seuls moments où le rythme prend un peu de hauteur, les paroles sont très répétitives et n’apportent pas grand-chose à l’ensemble. Il y a toutefois toujours une certaine recherche dans l’instrumental et, même si rien n’est réellement innovant, il faut admettre que le tout s’assemble et sonne « harmonieusement ».

Les textes sont d’une assez grande noirceur sur cet album et on peut toujours compter sur Dave Gahan pour apporter son timbre de voix noir et sensuel à la fois. Le chanteur mythique de la formation en est probablement le pilier puisqu’il continue à faire le job comme il l’a toujours fait : ave talent. Rien que sur le titre introducteur « Going backwards », il installe une sorte de climat de tension à la backtrack et c’est probablement ce « tout » qui aurait dû fonctionner de la première à la dernière chanson. On espère parfois trop vite.

C’est donc un retour décevant pour Depeche Mode avec « Spirit ». Deux titres sont à garder et, malheureusement, ce sont les deux premiers de l’album qui amorcent une descente lente et ennuyeuse, chose à laquelle les Anglais n’ont pourtant pas habitué auparavant. Reste à espérer que le groupe n’en reste pas là, histoire de sortir un dernier album digne de ce nom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s