Bagdad Rodéo: jamais « Deux » sans « Trois »

Les Bagdad Rodéo sont des cons, ça on le savait. Mais ce qui compte pour le moment, c’est qu’ils reviennent avec un troisième album au titre hyper accrocheur : « Trois ». Chronique !

Quatre ans que les mecs n’avaient rien sorti pour foutre un peu le bordel dans la musique française généralement bien trop lisse du coup, quel ne fut pas notre plaisir à l’annonce de ce troisième disque. Emmené par le premier single « Tes idées », la couleur était directement annoncée : un concentré bien rock et un texte provocateur avec, en guise de refrain, « c’est sûrement parce que tes idées puent la passe ou ptèt’ aussi parce que t’es fini à la pisse. Et si c’était un sport d’être con, tu serais sûrement un putain de champion. » Voilà.

Encore une fois, tout le monde s’en prend pour son grade : les politicards, les beaufs, les catholiques, les racistes… tous les cons d’une espèce relativement commune. C’est ça la recette Bagad Rodéo : des grosses guitares et de la provoc’ et à moins de trois semaines du premier tour des élections présidentielles en France, on se demande forcément si la période choisie pour sortir cette galette est un hasard ou non parce que même si Fillon, Le Pen, Macron et toute la bande nous font quand-même rire, ils ne le font pas aussi bien que les cinq camarades rockeurs. Pas besoin de fioriture pour se marrer, juste de 127e degré pour apprécier l’humour noir (pinces sans rire s’abstenir).

Dans cette période difficile sur le plan français et international, c’est certainement l’album qu’il fallait pour oublier les événements débiles et anxiogènes et surtout, il faut parfois voir un positionnement derrière cette énorme dose d’humour, on pourrait presque dire « Bagad Rodéo, le groupe engagé. Ou pas. »

Pour conclure, on peut dire que c’est un retour à la hauteur des espérances que réalisent Ludo, Christophe, Victor et les deux Bertrand ! Propagez « Trois » des Bagdad Rodéo autour de vous, vous bougerez tout en vous marrant et à part Patrick Sébastien, personne d’autre n’y arrive (un faux artiste s’est glissé dans cette chronique).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s