Linkin Park: steep edges

Autant redouté qu’attendu, le retour de Linkin Park est à chaque fois un événement. Le groupe revient sur le devant de la scène à l’approche de l’été avec « One more light », leur septième album studio. Chronique !

Près de trois ans jour pour jour après la sortie de l’excellent « The hunting party » qui ramenait le groupe à des sonorités beaucoup plus rock, Chester Bennington et sa bande ont teasé ce nouvel opus avec deux titres plutôt étonnants ; en effet « Heavy » (en featuring avec Kiiara) et « Battle Symphony » ont la particularité d’être deux titres électro-pop formatés pour les ondes radiophoniques populaires et un public de nouveaux arrivants. C’était donc non sans une certaine appréhension qu’on abordait cet album. Seulement voilà, c’était sans compter sur un dernier back-flip des Californiens ! Bon, ne vous attendez pas à un « Hybrid theory » ou un « Meteora » car on est loin du nu-metal déjà servi et qui a fait le succès de la formation mais cette dernière se renouvelle de façon plutôt surprenante sans servir un ensemble ennuyeux !

Avec dix titres clairement inscrits dans la mouvance stylistique actuelle (« Sorry for now » en est sans doute le meilleur exemple), le groupe étonne par ce virage et va très certainement décevoir bon nombre de fans de la première heure mais va aussi séduire toute une nouvelle génération d’amoureux de la musique en s’essayant à cet exercice nouveau. On l’avoue, certaines chansons retiennent particulièrement l’attention à l’image de « Sharp edges » pour ne citer que lui. Toutefois, certains morceaux ont une touche plus ancienne comme le touchant « One more light » où le songwriting de Bennington se fait ressentir ou le très hip-hop « Good goodbye » (avec Stormzy et Pusha-T). Malheureusement, le constat final fait regretter un Mike Shinoda beaucoup trop absent de cet album mais aussi la guitare de Brad Delson qui n’offre rien de puissant ou marquant.

C’est donc un album tout en nuances que Linkin Park offre ici. Après 21 ans de carrière, les Américains s’offrent une renaissance qui vaut la peine d’être écoutée mais qui est loin d’être leur meilleur opus. Cependant, une question se pose : et si ces mecs-là venaient de sortir l’album qui marquera l’été à venir ? A méditer…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s