Arcade Fire : Everything Now

Le Canada est connu pour des artistes comme Neil Young, le regretté Leonard Cohen … mais aussi les géniaux Arcade Fire. Ils sont enfin de retour, quatre ans après « Reflektor », avec leur nouvelle plaque « Everything Now ». C’est un peu risqué de sortir un album en plein milieu de l’été ! Une réussite ou une déception ? Verdict !

AF 2

Enregistré entre Paris et la Nouvelle Orléans, AF (pour les intimes) est ici produit par Thomas Bangalter (moitié de Daft Punk), Steve Mackey (bassiste de Pulp), Geoff Barrow (mélodiste de Portishead)… rien que ça ! A Werchter, on avait pu découvrir les trois premiers singles de l’album en « primeur ». La bande à Win Butler est toujours aussi endiablée.

Revenons à nos caribous, l’album s’ouvre sur « Everything Now », ce qu’on appelle dans le métier le tube parfait: une seule écoute et tu l’as en tête toute la journée ! Un titre aux sonorités très ABBA. De « Signs of Life » au fanfaronnant « Chemistry » on garde cette même énergie rock-disco-funk. Chaque producteur a laissé sa griffe ici et là. Le dyptique «Infinite Content » marque une sorte de pause dans le disque. Elle est est jouée de deux manières différentes : rock et country. La suite devient un peu plus calme avec le magnifique « Electric Blue » totalement voué à la voix de Régine Chassagne. Ensuite on repart sur une bonne et belle dose de basse sur « Good God Damn ». Les deux titres suivants calment un peu le jeu sans perdre la qualité de l’ensemble malgré des textes assez sombres sur des thèmes comme l’avenir de l’humanité (tout un programme), le suicide, la recherche du succès à tout prix. Le disque de près de cinquante minutes se termine sur une reprise de « Everything Now », en mode symphonique mais n’oublie pas nous surprendre en s’arrêtant tout net.

La bande à Régine et Win nous offre un opus déroutant à la première écoute et qui au fur et à mesure semble être un mélange subtil entre l’ancien et le nouveau Arcade Fire. Cela reste un joyeux bordel mélangeant les styles et parfait pour l’été. Il ne sera pas forcément considérer comme l’un de leurs meilleurs disques mais ils ont le mérite de prendre, à chaque fois, des risques. Toutes ces chansons prendront encore une autre dimension en live pour la tournée à venir.

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s