King Child: true revelation

Du belge ça vous dit ? Du français ça vous dit ? Oui ? Eh bien mélangez les deux et vous obtiendrez le groupe King Child ! Oscillant entre Bruxelles et Lyon, la formation sort « Meredith », son premier album. Chronique !

King Child, c’est avant tout une rencontre : celle de Jean Prat et Quentin Hoogaert lorsque ce dernier enregistrait avec le groupe Leopold Tears. De cette rencontre est née une collaboration qui s’est donc transformée en un groupe à part entière où l’Hexagone côtoie le Plat Pays. En faisant se percuter ces deux personnages aux influences diverses et variées, nul doute qu’on allait obtenir quelque chose de fort et aérien et le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe ne déçoit pas ! A l’instar de titres comme « Desert », on se retrouve face à quelque chose de planant, presque expérimental. On a parfois l’impression d’entendre les Girls in Hawaii qui auraient rencontré Radiohead dans un bar bruxellois en pleine nuit pendant que Foals passaient par là.

Dans la voix de Quentin, on sent quelque chose de fébrile, à la limite de la rupture et c’est ce qui apporte toute la fragilité et la sensibilité de cet album qui se révèle finalement être assez mélancolique et fort à la fois. C’est là qu’est finalement le côté oxymorique de cet album avec deux sensations opposées qui ne font qu’une. Musicalement, il y a une ambiance toute particulière qui renforce cette voix avec, principalement, l’utilisation de synthés style Casio comme sur le puissant titre « Grief ». A noter aussi le magnifique morceau instrumental « 1ère arabesque » qui permet de reprendre ses esprits dans cet océan d’influences aussi bien distillées les unes que les autres.

Quand la production pop française rencontre le rock belge, ça donne donc King Child et l’album « Meredith ». Pour un premier-né, le défi est véritablement une réussite à tous les niveaux et on ne demande qu’à en entendre plus de la part de ces deux personnages qui arrivent à rendre sa superbe à une pop qui souffre parfois rapidement de sa réputation trop lisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s