Eez-eh night with Kasabian

Vendredi 10 novembre, veille de jour férié, Bruxelles accueillait les Anglais de Kasabian dans un Forest National en configuration club sold-out. Est-ce que Tom Meighan et sa bande ont réussi à retourner la capitale belge ? Réponse tout de suite.

En première partie, on retrouvait le duo de Slaves, deux gaillards typés british des quartiers ouvriers à mi-chemin entre les Clash et les Sex Pistols. Avec un set d’une trentaine de minutes, la salle était déjà chauffée à bloc par ce groupe qui défonce tout au sens propre comme au figuré (le chanteur/batteur martèle sans retenue ses cymbales là où le guitariste/bassiste fait hurler ses amplis). Le ton de la soirée était déjà donné.

Il est un peu plus de 21h lorsque la musique du jeu vidéo Super Mario (oui oui) retentit dans la salle et que les larmes géantes du background s’illuminent au son d’un électrocardiogramme. Vêtus de leurs tenues blanches home-made à l’effigie de leur dernier album « For crying out loud », les mecs de Leicester entament d’emblée le provocateur « Ill ray the king », déchaînant ainsi la foule dans des moshpits endiablés. Meighan a le sourire collé aux lèvres, arguant le public à quelques centimètres à peine du groupe.

Dès les premières chansons du set, à savoir « Ill ray the king », « Bumblebee », « Eez-eh », « Underdog » et « Shoot the runner », l’arène est à terre par K.O. L’ambiance est survoltée dans la salle bruxelloise, le public hurle, les pogos s’enchaînent, Meighan et Pizzorno sont plus complices que jamais, ce dernier n’hésitant pas à descendre dans le frontstage micro en main pour taper quelques high-five sur « Treat ». Les mecs prendront un peu plus tard le temps de calmer les esprits avec des moments plus calmes comme avec le (very)powerslow « Wasted » issu du dernier album.

On aura clairement eu affaire à un grand groupe de rock ce soir à Forest National, Kasabian assurant ainsi pleinement son statut de poids lourd de groupe britannique à l’échelle internationale. C’est courbaturés et exténués mais des souvenirs et des décibels plein la tête qu’on sort de la fosse qui s’est transformée ce soir en véritable ring de boxe où les vainqueurs se nomment Tom Meighan, Sergio Pizzorno, Chris Edwards, Ian Matthews, Bean Kealey et Gary Alesbrook.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s