Les Girls In Hawaii à la Ferme du Biéreau

Mercredi soir, les Girls In Hawaii venaient présenter l’album Nocturne dans la magnifique Grange de la Ferme du Biéreau. Un écrin archi-comble pour les fraîchement primés d’un D6bels awards. Une belle fête en perspective !

Esther & Fathou, duo provenant de Leuven, assuraient la première partie. Deux très jolies voix pour une pop-folk tout en légèreté. Une belle manière d’ouvrir pour les Girls In Hawaii !

GIH
Pic Nicolas Mahieu

A 21h30, les six amis arrivent sur la « petite scène ». Ils sont presque chez eux. Et c’est par le profond et lourd « Flavor »  que l’aventure commence ! On est directement dans le bain et la tension va rarement baisser sauf sur l’émouvant « Misses » , le magistral « Blue Shape » et le planant « Changes ». On ne peut pas nier que l’une des forces des Girls, c’est leur naturel et leur accessibilité. Ils le prouveront lors de l’anecdote très drôle sur leur premier concert dans la cité néo-louvaniste et le petit accident entre Daniel et Antoine. Le front de ce dernier s’en souvient encore !

Les Girls in Hawaii c’est aussi un spectacle avec des lumières hyper travaillées à la fois vives et plus froides. De la complicité des voix d’Antoine et Lionel, du son puissant de la basse à la précision de la batterie, … tous sont complémentaires et c’est irréprochable ! Et ce ne sont pas leurs « oldies » hyper rock qui me feront mentir : le final guitares tout en douceur sur « Found in The Ground » et le son très nineties des « Sun of The Sons » et l’apocalyptique « Time to forgive the Winter». L’ambiance prendra un penchant plus dansant sur l’imparable tube de Nocturne « Walk ». On atteint alors un sommet avec l’incontournable live de l’immense « Rorschach » : tendu, puissant avec ce tourbillon final dantesque. Ils termineront à leur manière sur une reprise très punchy de « A.M 180 » de Grandaddy.

Après avoir vu les concerts de Lille, Bruxelles et celui-ci, il est impossible de trouver des points négatifs tellement le trip fut impérial. Ils ont prouvé (encore une fois) que c’était eux les patrons de la scène belge. This Farm Has End Up in Happiness !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s