The Prodigy : pas de touristes dans le public

Ce week-end, les Prodigy passaient par la Belgique pour la tournée No Tourists annoncée depuis quelques mois déjà. Si on était déçus du choix de la salle (Forest National), force est de constater que, malgré les soucis sonores, le trio britannique a mis tout le monde d’accord.

Hey
Instagram : theprodigyofficial

La première partie, Slaves, aurait pu soulever les foules. Mais les gens présents sur place n’attendaient franchement qu’une chose : le retour des Prodigy et de leur live tonitruant. A tel point que l’accès à la fosse nous est d’abord refusé : trop de monde, paraît-il. Les gradins se remplissent donc… Et certains  décident de passer la balustrade pour quand même rejoindre le parterre noir de monde, au grand dam des vigiles présents qui ne peuvent qu’assister à cette invasion. Personne n’a envie de retrouver ses fesses sur une chaise.

Après de longs instants d’hésitation, on finit par se glisser in extremis dans la fosse. Un concert des Prodigy, ça se vit à fond, pardi ! Maintenant, le live peut commencer. Et déjà les épaules se délient. Breathe résonne dans la salle et, malgré les soucis habituels de sonorisation, le public dans son entièreté se laisse transporter. Les places assises se transforment en parterre secondaire. Tout le monde y met du sien. Pas un pas de travers : la communion est parfaite. Les fans ne sont pas venus en mode touriste. Ça tombe bien, c’est pas le genre de la maison.

Les Prodigy n’ont pas besoin de dire grand chose pour convaincre. Pas un mot échangé ; juste la folie de Keith Flint qui ne résiste pas à littéralement embrasser le public, au sens propre du terme. Les chanceux devraient s’en souvenir… Les autres retiendront la folie de Poison, Firestarter ou encore Smack My Bitch Up. Le tout est bien dosé : les classiques rejoignent les nouveaux titres, tels que Need Some1, Light Up The Sky ou Live Forever, repris en choeur par les quelques 7 000 personnes présentes. On regrettera sans doute le manque de retours sur Voodoo People, qu’on entend qu’à moitié. Mais qu’importe : on passe un bon moment, et c’est le cas pour tout le monde. Pas un seul visage sans un vrai sourire satisfait. Le come-back des Prodiges de la drum/hardcore/electro nous fait du bien.

Et ce même si Out of Space est venu coupé court à une soirée mouvementée. On attendait en effet l’un ou l’autre morceau supplémentaire, mais on ne l’obtiendra finalement pas. Difficile néanmoins de leur en vouloir.

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s