You Me At Six are Back Again

Les souvenirs de notre adolescence laissent des traces. Et nous emmènent, le lundi soir, au coeur d’événements emplis de nostalgie. Petit plaisir coupable, nous avons croisé You Me At Six ce lundi dans la petite salle du Kavka Zappa d’Anvers.

Crédits: Priscilla Lénaerts

Après la tournée anniversaire Take Off Your Colors de la formation anglaise en 2018, You Me At Six a décidé de refouler les planches pour fêter cette fois la sortie de son dernier album, VI. Lui-même une belle réussite en soi, c’est tout de même plein d’appréhensions que nous nous rendions au Kavka Zappa ce lundi. Salle méconnue, minuscule, maison de jeunes 2.0, le choix nous paraissait d’abord étonnant. Passés par l’Ancienne Belgique il y a moins de deux ans, YMA6 semble désormais peu plébiscité.

C’est pourtant avec un album solide qu’on retrouvait le groupe ce lundi soir. Une ouverture très rock sur Fast Forward, des titres à la frontière du indie pop tels que Straight to my Head ou Back Again, une basse plus présente que jamais sur I O U… VI avait récolté tous les ingrédients pour fonctionner et a d’ailleurs joyeusement été accueilli par la critique. Mais c’est finalement une salle à peine remplie qui accueillera le groupe dont l’énergie demeurait inversement proportionnelle à l’enthousiasme de certains dans la foule. Les fans de la première heure sont là (leurs cris ne trompent personne). Quatre-vingt pour cents de filles, vingt pour cent de petits amis. Une sorte de « délit de belle gueule » qui semble leur porter préjudice. Pourtant, pas besoin de creuser longtemps pour déceler une véritable identité musicale, loin des affres de 2008 et plus proche de la maturité que jamais. Coup de coeur d’ailleurs pour la qualité de la basse de Matthew Barnes et pour la bonne humeur du guitariste, Max Helyer.

Mais c’est tout. A la question « who is here with us for the first time? », seules une poignée de mains s’est levée. La raison est simple : malheureusement, YMA6 ne renouvelle pas vraiment son audimat qui, d’ailleurs, attendait davantage les riffs tonitruants de Bite My Tongue ou le très célèbre Underdog que le synthétique 3AM.

Au final, on se retrouve face à un show calculé, évitant effectivement l’incident diplomatique en n’interprétant que les titres du dernier album, qui auraient pourtant suffi. On regrettera le manque de dynamisme d’une foule clairsemée. On félicitera You Me At Six de continuer sur sa lancée sans jamais perdre son identité. Et même si elles ne se multiplient pas vraiment, les fans ne sont pas prêtes de les laisser filer.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s