Rammstein au Stade Roi Baudouin : métal en fusion

Excitation et impatience étaient probablement les deux mots qui caractérisaient le mieux notre attente du concert de Rammstein au Stade Roi Baudouin ce 10 juillet. C’est parti pour le récit d’une soirée enflammée !

C’est sur le coup de 20h39 précisément que résonne Music For The Royal Fireworks de Handel, guidant l’écran géant au sommet d’une immense tour surplombant une scène qui l’était tout autant. Apparaît ensuite Christoph Schneider tout sourire derrière sa batterie. Quelques coups de fûts font monter la pression avant le premier grand moment de la soirée : l’énorme explosion de la scène (promis, cet article est garanti sans exagération). Le reste du groupe apparaît alors un par un pour démarrer Was ich liebe, morceau du dernier album des Allemands, avant de s’incliner pour laisser place à l’arrivée du charismatique Till Lindemann. Les hostilités sont lancées.

Pic by Antoine Champion

Pendant deux heures, Rammstein a tout donné au public belge. (Lance-)Flammes, feu (d’artifice), mousse, explosions,… tout ce qui fait la renommée du groupe était là pour ravir les yeux et les oreilles. Ne venez toutefois pas en espérant entendre parler Till ou le reste du groupe, les Teutons sont là pour délivrer un métal industriel digne de ce nom, pas pour blablater. Les quelques mots du chanteur avant de quitter la scène, « merci Bruxelles, vous êtes très très bien », suffiront à combler nos attentes les plus folles. La mise en scène était des plus folles donc, le groupe allant jusqu’à pousser certains délires au maximum ; on a ainsi pu admirer Richard mixer Deutschland en haut de la tour centrale dans sa tenue en plumes ainsi que l’ensemble des musiciens se lancer dans une chorégraphie lumineuse et délirante en plein concert. Ils iront même jusqu’à traverser la foule en canoë gonflable après une version acoustique de Engel sur une plus petite scène. Malgré l’absence de parole, le groupe a su montrer le plaisir de sa présence en se montrant souriant.

La setlist n’était pas en reste car les six membres ont su aller puiser dans les anciens et les nouveaux morceaux avec une certaine réussite ! Même si manquaient des morceaux cultes comme Feuer Frei, Benzine ou Haifisch, ils ont placé les classiques comme Du Hast, Ich Will, Mein Teinl, Links 2 3 4 ou encore Sonne en les mélangeant aux nouveaux morceaux du dernier album. Brillant et efficace.

En bref, nous avons vécu un concert d’une intensité rare dans le stade bruxellois. Nul doute que la musique de Rammstein résonnera encore longtemps dans l’arène de la capitale belge. Nous ne pensons pas exagérer en disant qu’aucun groupe, à l’heure actuelle, n’est capable d’égaler une telle performance scénique. Ils ont fini le genou à terre pour nous saluer, nous avons fini les deux genoux au sol par épuisement. Une soirée grandiose comme on en fait rarement.

Pic by Antoine Champion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s