Arlo Parks en phase avec son époque

Anaïs Oluwatoyin Estelle Marinho, ce nom ne vous dit sans doute rien. Et pourtant, celle qui se fait appeler Arlo Parks est loin d’être une inconnue. Culminant à des dizaines de millions d’écoutes sur Spotify avant même la sortie de son premier album, la Londonienne de 20 ans a reçu le soutien de nombreuses personnalités. Lily Allen, Florence Welch (de Florence + The Machine), Billie Eilish et … Michelle Obama l’ont incluse dans leurs playlists, excusez du peu. Avec Collapsed in Sunbeams, la jeune artiste avait à cœur de confirmer les espoirs fondés en elle. Une œuvre personnelle livrée avec une sensibilité touchante et un talent incontestable.

Il peut sembler compliqué d’aborder des thèmes comme la santé mentale, la sexualité ou même les difficultés du confinement sans tomber dans une certaine lourdeur. C’est pourtant le pari qu’a réussi Arlo Parks avec Collapsed in Sunbeams. Grâce à sa voix douce et à des rythmes groovy efficaces, la jeune Anglaise allie le fond et la forme. Sur Hurt, elle évoque les blessures psychologiques tout en gardant le message positif que la douleur ne dure jamais éternellement. Le tout sur une mélodie et un refrain à la simplicité percutante. Une recette que l’on retrouve sur le funky Too Good et sur l’entrainant Hope qui fait clairement référence au confinement : «Won’t call her friends ’cause she’s ashamed of being locked into bed. Can’t feel her legs and feeling like a liar at best. You’re not alonе like you think you are. We all havе scars, I know it’s hard. » (« Elle n’appelle pas ses amis, car honteuse d’être clouée au lit. Elle ne sent pas ses jambes et se sent menteuse, au mieux. Tu n’es pas seule comme tu penses l’être. On a tous des cicatrices : je sais combien c’est difficile.») On peut difficilement faire plus simple mais cela résume parfaitement la souffrance des jeunes dans la situation actuelle.

La force d’Arlo Parks est d’avoir réussi à établir un univers sonore homogène tout en s’inspirant de nombreux artistes aux horizons différents, une performance pour un premier album. Il suffit de l’écouter parler de ses influences sur un live YouTube avec ses fans pour comprendre qu’elle maitrise son sujet. Ainsi, pour Caroline, elle évoque les harmonies vocales des Beatles sur l’album Rubber Soul. Sur For Violet, elle expérimente le Trip Hop où l’on peut évidemment entendre l’influence de Portishead. Alors que les percussions de l’album sont inspirées de In Rainbows de Radiohead, son album préféré. Pas banal pour une chanteuse de 20 ans. Il ne fait aucun doute que d’autres artistes s’inspireront à leur tour de son groove et de son talent si elle continue à nous offrir des productions d’une telle qualité.

Peu importe son âge, Arlo Parks fait preuve d’une maturité incroyable pour un premier album. Dans Black Dog, elle évoque la dépression avec une sensibilité et une sincérité qui ne peut pas laisser indifférent. Ouvertement bisexuelle, elle nous parle de l’ambiguïté des sentiments entre l’amour et l’amitié dans Eugene. Des thèmes qui trouveront certainement une résonance chez les jeunes vu les difficultés auxquelles ils sont confrontés actuellement. Collapsed in Sunbeams est un excellent album complètement en phase avec son époque. On n’a pas fini d’entendre la douce voix d’Arlo Parks, pour notre plus grand bonheur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s