2022, le bilan : Ô Belgique

Si 2022 marque le retour à la quasi normale du monde culturel et donc, musical, nous ne pouvions pas passer à côté de notre bilan d’une année qui fut chargée en sorties, retours, surprises… Commençons ce bilan en nous penchant sur les artistes belges qui ont marqué l’année écoulée !

L’artiste belge d’Antoine

Nul doute que Stromae aura marqué de son empreinte l’année 2022. Son retour tant attendu n’a pas pu échapper aux yeux et aux oreilles du public belge et international. Avec des coups de com’ magistraux, un album à son image et une tournée absolument fabuleuse (il est récemment devenu le premier artiste francophone à remplir deux Madison Square Garden de New-York, excusez le peu), le Maestro est encore, à ce jour, le plus grand artiste belge contemporain, n’en déplaise aux rageux.

L’artiste belge de Priscilla

Cette année, nul doute que Stromae a frappé fort, une fois de plus, avec un retour plus que remarqué et qui a suscité de nombreux débats. N’en déplaise à certains, sa promo a fait mouche avec un message fort et surtout d’actualité. L’album qui en découle reste dans la lignée de ce qu’il a déjà proposé auparavant, mais prouve une fois de plus qu’il demeure aujourd’hui l’un de plus grands artistes belges de notre génération. Stromae sait comment faire parler de lui, et une fois encore, il a parfaitement réussi.

L’artiste belge de Guillaume

Même si le retour de Stromae a été fracassant, j’ai décidé de me tourner vers un autre de nos fleurons, un peu plus énervé celui-là, qui porte le doux nom de Brutus. Il y a quelques semaines, le groupe a sorti son troisième disque Unison Life et on peut dire que le trio n’est pas là pour enfiler des perles. Entre la voix mi-ange/mi-démon de Stefanie Mannaerts (qui martyrise aussi sa batterie), la puissance des quatre et six cordes de Stijn et Peter, les émotions sont mises à rude épreuve entre, par exemple, le frisson de What Have We Done ou Dust qui donne une folle envie de se déchaîner. Brutus met votre nuque à rude épreuve mais c’est un excellent médicament qu’on appelle le lâcher prise !

L’artiste belge de Martin

Dans une année diversifiée mais sans pierre angulaire niveau sortie dans notre scène belge, nous avons néanmoins eu le plaisir d’écouter la confirmation d’un groupe prometteur : My Diligence. Autant en live qu’en studio, The Matter, Form and Power est venu marquer la scène psyché-stoner au fer rouge. Riffs bruts et morceaux en crescendo aux rythmes exotiques, la musicalité et l’éclectisme de la formation étonnent ici et par-delà nos frontières. La nouvelle génération est prévenue : ce projet ouvrira sans doute des portes aux petites pépites de l’underground bruxellois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s