2022, le bilan : nos découvertes

Après un passage par la Belgique la semaine dernière, place à ces artistes que nous avons découverts en 2022 et qui ont rapidement marqué nos esprits !

Les découvertes d’Antoine

  1. Lorna Shore

Je ne vais pas mentir, le death métal ne fait pas partie de mes playlists habituelles. Je n’ai même jamais été réellement friand de ce style. Mais impossible pour moi de rester de marbre face à Lorna Shore. Le nouveau chanteur de la formation américaine, Will Ramos, défonce tout sur son passage avec une voix de laquelle semblent sortir tous les démons de l’enfer. Ces cordes vocales fabuleuses se mêlent parfaitement aux compositions magistrales du groupe sur leur dernier album Pain Remains.

2. Wage War

On baisse d’un léger cran pour passer au métalcore avec Wage War. Les Floridiens ont sorti en 2021 leur quatrième album Manic et j’ai eu l’occasion de croiser leur route cet automne lors d’un concert qui ne leur a hélas pas rendu grâce mais ils ont fait preuve d’abnégation pour régaler la foule amassée à Cologne. Vivement les voir dans un endroit qui me permettra de profiter pleinement de leur talent.

3. Charles

Je vais être transparent, j’ai pu croiser la route de Charles à deux reprises en 2021 mais sans pour autant me pencher sur son travail. Seulement voilà, la Belge a depuis sorti un album au mois de mai qui a directement fait mouche dans mes oreilles. Avec sa voix envoûtante et une présence scénique comme on en voit peu dans la nouvelle génération, la chanteuse m’a conquis avec un concert épatant à l’Ancienne Belgique. Vivement la suite !

Les découvertes de Priscilla :

  1. Lorna Shore

Lorna Shore n’en est certainement pas à ses débuts, mais il faut reconnaître que l’arrivée de Will Ramos en 2021 lui a donné un second souffle d’une qualité incomparable et amorcé par le titre retentissant To the hellfire et son breakdown des enfers. Sans critiquer son prédécesseur qui était lui-même très bon, force est de constater que le nouveau frontman a fait renaître le groupe et l’a propulsé sur le devant de la scène deathcore. En témoigne leur album Pain Remains qui nous a littéralement coupé le sifflet en écrasant tout sur son passage. Discrets jusqu’ici, les Américains ont littéralement explosé et on gage que dans peu de temps, ils feront partie des plus grands.

2. Siamese

Découvert en première partie de Wage War le 9 octobre dernier, Siamese m’a touché en plein cœur. La formation danoise propose des sons très touchants, emprunts de métal alternatif mais accessibles au grand public. Ils ne réinventent pas la roue mais s’expriment avec le cœur sur des sujets très sérieux, tels que l’immigration du chanteur Mirza Radonjica, originaire des balkans dans la chanson Sloboda, écrite en serbe et en anglais. Une chouette découverte qu’on a eu plaisir à écouter cette année.

3. Ten56

Découvert en première partie de Landmvrks dans une petite salle des jeunes à Anvers, Ten56 m’a fait grande impression. L’ancien chanteur de Betraying the Martyrs n’a pas fini de faire parler de lui en proposant un métalcore très hard et puissant, dont les titres comme Diazepam explosent littéralement les tympans. Il est plus que probable que le groupe entame son ascension sur la scène core dans les mois à venir, avec notamment une présence très attendue au Warzone Metalfest à Liège.

Les découvertes de Guillaume

  1. Elliott Brood

J’ai découvert ces trois Canadiens en première partie du concert de Dead South en avril dernier au Botanique. Mark, Casey et Stephen livrent un mélange entre folk, bluegrass et cette petite touche de country qui donne toujours cette envie de taper du pied ou de danser dans un bar !

2. The Blue Stones

Décidement, on reste dans le pays du sirop d’érable avec ces deux gaillards qui ont sorti deux albums en un peu plus d’un an : Hidden Gems en 2021 et Pretty Monsters en octobre dernier ! On change complètement de style pour une filiation certaine avec les Black Keys. Une guitare et une batterie pour du son bien lourd et énergique. Tarek Jafar et Justin Tessier savent mettre le feu dans une salle sans aucun problème !

3. Ramkot

On retourne dans notre beau plat pays, à Gand pour être précis, avec ce groupe qui fait encore moins dans la dentelle. Vainqueur du Nieuwe Lichting (Studio Brussel) en 2021, l’année 2023 va exploser sous les décibels de Ramkot. On est pris dans un tourbillon avec Red ou Go See qui, en live, se transforment en une séance de gymnastique pour votre nuque pour un moment décoiffant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s