Les Fatals Picards dans un pogo d’amour

Deux ans après « Coming out », les Fatals Picards sont de retour avec leur septième album, « Septième ciel » (tiens quel hasard). Chronique !

Alors que le précédent disque apportait un nouveau visage au groupe avec son côté coup de poing et ses sujets emprunts à l’actualité, plus qu’à l’accoutumée mais toujours dans le 40ème degré, celui-ci renvoie les quatre acolytes quelques années en arrière à l’époque de « Pamplemousse mécanique ».

L’humour potache de l’époque se retrouve sur des titres comme « Punks au Liechtenstein » ou encore la reprise très rock de « Sans contrefaçon » de cette bonne vieille Mylène Farmertout comme ils l’avaient déjà en reprenant « Partenaire particulier » du groupe du même nom (et non pas Indochine!!!). Ne vous méprenez cependant pas car l’actualité et ses sujets, aussi sombres soient-ils, sont toujours présents mais à la sauce Fatals. On s’en va twister à Fukushima sur « Atomic Twist » avant de repasser saluer les Roms qui font tant polémique dans l’Hexagone avec le titre « Manouches ». Les violences conjugales sont aussi citées sur «Gros con » avec cette jolie fin d’histoire : « J’ai même craqué pour un mec qui ne me frappe que par l’amour qu’il a pour moi depuis le jour où j’ai quitté Gros Con ». L’album se clôture sur une piste de 20 minutes où l’on retrouve, comme sur « Pamplemousse mécanique » (encore lui), des morceaux cachés. Ce qui avait permis la découverte de leur hymne « Punk à chien » et qui risque ici de créer quelques perles qui feront travailler les zygomatiques de plus d’un auditeur.

C’est surtout ça les Fatals Picards, parler des sujets sensibles par l’intermédiaire de l’humour et de la musique et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça marche. Des textes aux jeux de mots subtilement dissimulés (« l’eau limpide de Marseille » pour n’en citer qu’un), des mélodies au punch efficace, un batteur transformable en chanteur (« Hortense ») bref : un style inimitable.

Paul, Laurent, Yves et Jean-Marc livrent donc un septième album rempli d’humour mais qui fait tout autant réfléchir que rire lorsqu’on apporte une attention particulière à la plume des Français. Car si leurs performances scéniques sont remarquables de par l’énergie qui en découle, leur façon de réagir à l’actu en est la base plus que solide alors qu’ils reviennent saluer le public belge pour montrer comment défendre ces nouveaux morceaux car même s’ils sont de ces groupes que l’on n’entend pas ou peu sur les ondes, ils n’en restent pas moins très talentueux et sympathiques!!

article_fatalspicards

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s