Bagdad Rodéo: l’humour idéal

Ce n’est pas nouveau, la France possède plusieurs perles en ce qui concerne la musique humoristico-trash ! On connait bien évidemment GiedRé mais aussi Didier Super, tous deux affublés de leur guitare acoustique, mais connaissez-vous Bagdad Rodéo ?? Les cinq gaillards originaires de Paris et Montpellier sortent leur deuxième album intitulé… « Deux». Chronique !

Le groupe n’hésite pas à ouvrir sur « Quand je serai mort », de quoi mettre directement dans le bain pour la suite des événements. Attitude je-m’en-foutiste dans les paroles puisque «quand je serai mort, je vais me faire chier comme DSK sans Youporn » comme ils le disent si bien. Politiquement incorrect mais pas dénué de sens pour autant ! Avec ce côté drôle, les Bagdad Rodéo restent pourtant dans la lignée du bon vieux « sex, drugs and rock’n roll » autant dans les textes que dans la musique.

Parlons-en des textes ! Toujours dans le millième degré mais jamais dénués de sens, plusieurs thèmes sociétaux sont abordés. Au cours des douze pistes, on retrouve notamment la religion dans « Mon pote Jésus », les filles dans « J’aime pas les filles » ou encore la maladie avec « Monsieur Delatourette ».Les amateurs de bon sens ou des chansons à texte à la Vincent Delerm ne trouveront certainement pas leur bonheur dans cette production mais parfois, l’humour peut faire d’autant plus réfléchir qu’un texte larmoyant piano voix. Ça balance aussi de manière assez gratuite sur « Dis-moi papa » où, sous forme d’un dialogue père-fils, le gamin demande à son géniteur comment fait Loana pour sortir des livres « avec son QI d’endive » ? La réponse à cette question et à tant d’autres est à découvrir dans la chanson !

Musicalement, c’est du lourd ! Oubliées les guitares acoustiques des deux artistes de l’intro, Bagdad Rodéo est indéniablement un groupe de rock pur et dur. Avec une telle immersion dans les sonorités du hard-rock, parfois à la limite du punk, ça bouge et fort. On ne retrouve pas de riff particulier tout au long de l’album mais la puissance est là est emmène l’auditeur dans un pogo long mais cependant pas douloureux (un pogo en solitaire quoi). Dans l’ensemble, tout s’accorde, personne ne surpasse l’autre pour prendre le dessus, l’entente entre chaque membre du groupe se ressent très facilement dans cet album.

En résumé, Bagdad Rodéo c’est un concentré de fun mais aussi de bon son rock pêchu ! Comme on peut l’entendre dans « Au revoir », comment faire un single avec de tels textes mais le principal n’est pas de passer sur les radios où le politiquement correct règne en maître mais plutôt de continuer à bousculer les consciences en faisant marrer les foules présentes pour encourager de tels groupes. Ça rocks, ça bouge, ça fait rire bref : c’est bon et plutôt «Deux » fois qu’une !
bagdad 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s