Ward’in Rock: un festival d’avance

Ce samedi 6 septembre, la saison des festivals me donnait rendez-vous au Ward’in Rockdans le petit village de Wardin dans les Ardennes profondes. La veille, les festivaliers retrouvaient en tête d’affiche les Girls in Hawaii. BRNS et les très festifs Babylon Circus étaient également de la partie, de quoi ravir un large public! Pour ce deuxième jour, l’événement accueillait le groupe montant de la scène française: Fauve. Le collectif était présent pour la toute dernière date de leur tournée défendant leur album « Vieux frères« . Autres artistes présents ce samedi: Dalton Télégramme, Mountain Bike, My Little Cheap Dictaphone, Apaches,… Retour sur cette journée (f)estivale!

Quand j’arrive vers 15h, ce sont les Carrolls qui occupent la Join Stage. Originaires de Louvain-la-Neuve, les cinq compères offrent au public un rock aux allures british et aux influences ressenties comme Oasis. Les gaillards ont l’air de s’éclater et l’audience d’apprécier le concert. Sur la même scène, c’est le groupe namuro-liégeois de GangBang in HongKongque l’on retrouve une heure plus tard. Avec leur son résolument psychédélique et empreint de trip-hop, le groupe offre une prestation pour le moins surprenante mais parfois à la limite du trash pour un festival familial lorsque Fanny (chant) se déhanche de façon assez suggestive cigarette à la main simulant parfois l’orgasme aussi bien que Meg Ryan. Le projet séduit par son inventivité mais la prestation aurait certainement plus d’effet plus tard dans la soirée. Pas le temps de souffler que le concert du duo Apaches démarre dans la foulée sur la Marquee Stage. A l’instar des Black Keys ou encore des Bots, David et Julien se produisent sous forme d’un duo batterie/guitare. Un son rock et une voix à la limite du blues, les deux Bruxellois envoient du lourd sous le chapiteau. Les fûts sont martelés et la guitare balance des morceaux puissants autant qu’efficaces. La sauce prend rapidement et ce ne serait pas fou de dire que le groupe mérite amplement une place sur la grande scène lors d’une prochaine édition.

IMG_6710

Sur cette même grande scène justement, ce sont les Liégeois de Dalton Télégramme qui stoppent leur diligence à Wardin. C’est aussi à ce moment-là que j’assiste à la conférence de presse du collectif Fauve en backstage. Conférence qui se transforme très vite en entretien restreint sous forme d’échange/interview. Un moment très intéressant et enrichissant pour mes trois collègues et moi présents autour de la table où nous aurons même l’occasion de partager bonne bière avec le groupe. Rares sont les artistes qui prennent plus de 50 minutes pour un échange avec une telle simplicité et ouverture d’esprit. J’ai malheureusement loupé le concert de Dalton Télégramme mais pour la bonne cause!

Le temps de se remettre de ses émotions et c’est reparti sur la Marquee Stage pour le concert de Mountain Bike! Le groupe n’est plus à présenter, c’est assurément la révélation rock belge de l’année. Avec le timbre de voix d’Etienne qui n’est pas sans rappeler Damon Albarn période solo et un instrumental qu’ils appellent pop-garage (non, Moutain Bike ne sont ni pop ni rock garage, ils sont les deux à la fois), la formation a offert un concert à la hauteur des espérances: déjanté, fort en justesse, des tenues excentriques et plein de sympathie! Retour une nouvelle fois au grand air de la Join Stage pour le groupe rock en vogue du moment: MLCD! Dernière date de festival pour le groupe et malgré un début en demi-teinte, il ne faut guère attendre avant que Michael, Xavier, Simon, Pierre-Louis et Manu ne deviennent chauds comme la braise tout comme le public. Une heure de concert qui a filé à la vitesse de la lumière et durant laquelle le groupe a plus que comblé l’assistance en n’omettant pas, comme le veut leur tradition, de faire monter un spectateur sur scène pour jouer de la guitare et le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci a été plus qu’à la hauteur face à la foule bluffant le groupe au plus grand complet! Michael ira jusqu’à plaisanter en disant à Manu, le guitariste, qu’il venait de perdre sa place au sein du band.

IMG_6832

Pendant que les Londoniens de Breton se produisent sur la Marquee Stage, je garde précieusement ma place à l’avant de la Join pour attendre Fauve! Et c’est à 22h30 que Quentin, Pierre, Simon, Stéphane et Nicolas montent enfin sur scène pour le plus grand plaisir de la plaine noire de monde! Dès qu’ils démarrent leur set sur « De ceux« , le public est chaud bouillant. Mais tout ne se déroule pas comme prévu, plusieurs incidents techniques viendront perturber le concert mais ces incidents ne sont probablement pas involontaires car sur la setlist du concert, on peut lire « Wardin Rock – Last bu not least. Désolé pour les surprises, soyez forts« . Voilà qui en dit long! Mais ce n’est pas le style de la maison de se laisser décourager car selon eux « un concert de Fauve sans problème technique, ce n’est pas un bon concert. » Ils joueront donc une version guitare voix de « Lettre à Zoé » en attendant que le son ne revienne à la normale. Pour les deux dernières chansons, toute l’équipe ou plutôt toute la famille Fauve monte sur scène pour mettre un bordel incroyable mais plein d’émotion. La plupart finiront torse-nu ou les vêtements en lambeaux et malgré un public parfois exécrable à l’avant que ce soit envers les festivaliers ou même envers le groupe, Fauve a une fois encore assuré le show jusqu’au bout en terminant par leur tube « Blizzard » repris en force par les nombreuses personnes présentes dans une communion incroyable. Pour eux, ce sera « la tête haute, le poing sur la table et l’autre en l’air » mais pour ma part, ce sera la tête inclinée, la main sur le coeur et l’autre en l’air pour saluer la performance et la manière avec laquelle ces mecs restent humbles.

IMG_7009

Après cette nouvelle claque scénique, on retrouve Kid Noize, le DJ à la tête de singe sous le chapiteau. Malgré un léger souci technique, celui-ci assure l’ambiance pour les festivaliers amateurs de grosses basses et autres sons électroniques! Ma soirée se termine finalement par le concert des Vismets. Le public n’est hélas plus très nombreux pour applaudir le groupe mais ils assurent quand même leur prestation sur la grande scène! Du bon rock comme on aime en entendre, voilà ce qu’offrent les Vismets aux festivaliers bravant le froid et la brume tombés sur la plaine du plus haut festival de Belgique avant de faire place au dernier concert de cette édition, celui de Junior

Ainsi se clôture la 18ème édition du Ward’in Rock. Une affiche qui voit s’afficher des noms de plus en plus reconnus, une organisation et un accueil plus que respectables, seul le public est parfois difficile à gérer probablement à cause d’un débit d’alcool relativement élevé mais cela n’entache pas encore la prestation des artistes. Pour faire simple et efficace, j’aurais envie de dire: Wardin, à l’année prochaine!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s