Red Hot Chili Peppers: goodbye hits

Quatre ans après « I’m with you », les Red Hot Chili Peppers sont de retour avec « The Getaway ». Chronique !

Après avoir balancé trois titres dont deux en l’espace de quelques jours, le groupe avait su se faire attendre. « Dark necessities » apportait un côté soft et catchy avec sa basse qui marquait d’entrée de jeu le retour de Flea et son refrain qui reste en tête tout comme « The Getaway » qui ouvre l’album. Ce nouvel opus s’annonçait donc intéressant avec quelques changements à l’horizon mais voilà, la déception prend vite le dessus… Les deux singles ouvrent le bal mais on s’ennuie rapidement car les morceaux suivants sont plats et il faut attendre la fin de « Goodbye angels » (cinquième piste) pour enfin entendre une montée instrumentale digne de leurs capacités et c’est décevant.

La deuxième partie de l’album se rapproche plus de ce qu’Anthony Kiedis, Flea, Chad Smith et Josh Klinghoffer sont capables de faire. « Go robot » apporte la touche funky qu’il manquait jusque-là et « This Ticonderoga » amène enfin le côté rock de l’album avec des cassures de rythme intelligentes et un petit pont bien foutu pour retomber après sur le joliment fait « Encore » qui ajoute de la douceur sans être mou. Ces trois titres ressortent donc du lot mais il manque toujours quelque chose : des riffs qui marquent les esprits. « Can’t stop », « Californication », « Under the bridge »… tous ces tubes avaient une mélodie, un riff qui reste encore dans les mémoires aujourd’hui mais ce nouvel album ne regorge pas de mélodies à fredonner. « I’m with you » était intéressant aussi à ce niveau et Klinghoffer avait su faire ses preuves et ici, il semblerait qu’aucun titre ne soit fait pour marquer les esprits.

Alors certes les Red Hot Chili Peppers ont tenté de se renouveler et c’est tout à leur honneur mais malgré quelques titres bien foutus, l’ensemble reste assez décevant de par son manque de punch auquel ils ont habitué leur public. On pourrait presqu’avoir l’impression que le groupe s’est perdu dans la production de l’album en perdant une certaine cohérence. Dès lors, une question se pose : et si la surprise venait du live… ? Réponse à Werchter !

rhcp2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s