Interview: Puggy

Puggy, c’est plus de dix ans de carrière maintenant, quatre albums mais surtout quatre albums tous différents au niveau du style. Est-ce que vous comptez à un moment donné trouver un style définitif  tout en testant des nouvelles choses ou est-ce que vous allez changer de répertoire à chaque album ?

Romain : Définitif comme AC/DC ?? On n’espère pas parce que ce n’est pas drôle, c’est cool de pouvoir évoluer et de tester des nouvelles choses sans se bloquer dans un style particulier.

Ziggy : Je pense qu’avec nos trois personnalités, ce n’est pas possible de rester dans quelque chose de définitif. Déjà à la fin d’une tournée, on veut essayer plein de choses parce qu’on a joué tout le temps les mêmes chansons donc on veut tester du neuf. Il y a toujours une évolution même si ça reste Puggy.

Matthew : C’est des facettes différentes d’un personnage. Puggy je pense qu’il y a toujours la patte et le son mais on a carte blanche donc on rajoute des éléments extérieurs et on le fera toujours.

Nouvel album, nouvelle tournée, nouveau style… On vous a vus au Dan Late Show ou encore au Petit Journal avec des costumes aux couleurs de la pochette de l’album et même sur scène, est-ce que l’idée de créer une identité visuelle est venue sans réfléchir ou est-ce qu’il y a vraiment une envie de lier musique et visuel pour ce nouvel album ?

Matthew : Il y avait déjà une idée d’avoir quelque chose de visuellement reconnaissable mais la décision n’a pas créé les costumes mais plutôt l’inverse ! On a travaillé avec Bold qui ont beaucoup travaillée sur l’artwork et ça s’est enchaîné rapidement. A la base c’était pour un passage télé où on a voulu créer quelque chose de sympa et fun pour que les gens puissent faire le lien avec la cover et ça a fonctionné donc on a gardé l’idée. On part toujours en résidence avec un nouvel album donc c’est toujours une imagerie sur scène même si on ne fait pas des shows comme Rammstein car la musique est le plus important. C’est donc un enchaînement de choses mais on n’est pas partis pour se démarquer visuellement.

Romain : Déjà le thème Colours tu vois, ça donnait un côté décalé à ça !

Une chose qui reste constante dans vos productions, c’est le songwritting ; chaque album possède une certaine âme dans ses textes qui revient dans les quatre albums, presqu’un fil rouge. Est-ce que c’est quelque chose de volontaire de votre part ou est-ce que cette récurrence s’est installée d’elle-même dans votre travail ?

Romain : le songwritting est hyper important de base, c’est un peu le berceau du groupe et on est toujours relativement d’accord là-dessus car quand on une chanson est bien écrite ça va pour nous. Je pense que le fil rouge il est plutôt dans la passion parce que tous les styles sont différents et l’écriture a évolué au niveau des arrangements, des textes… Et pour le moment on ne se cantonne pas dans un endroit, c’est vraiment une passion et c’est aussi ce qu’on adore avec le live.

Pic by Kmeron

Matthew, tu disais dans une interview il y a quelques semaines que chanter en français ne faisait pas partie des projets du groupe, est-ce que, du coup, garder une écriture en anglais ne serait pas (inconsciemment ou non) une volonté d’exportation, d’internationalisation ?

Matthew : Ce n’est pas conscient, on ne travaille pas de ce sens-là. On ne veut pas chanter pour s’exporter, c’est surtout issu du fait que j’ai été élevé dans la musique anglo-saxonne, j’ai écouté très peu de musique française et pouvoir faire un truc comme ça il faut avoir été bercé dedans. On n’a jamais été contre chanter en français et d’ailleurs on a repris du Brel sur une de nos tournées ! C’est surtout difficile d’écrire un bon texte dans cette langue en fait donc tant qu’on ne sera pas satisfaits d’un texte en français on ne le fera pas mais ce n’est pas pour autant que c’est totalement exclu et que ça n’arrivera jamais.

Vous avez sorti il y a quelques jours une chanson en duo avec Alice on the Roof. Comment s’est dessinée cette collaboration ?

Romain : Ce n’est pas la première fois qu’on fait un duo. On a chanté avec Aka Moon, Selah Sue, Daan… Et en plus c’est une reprise.

Matthew : Par contre c’est la première fois que c’est vraiment capté en vidéo (à part Taratata ndlr). On aime vraiment bien le travail d’Alice de base et on s’est dit pourquoi ne pas faire une reprise avec elle et l’occasion s’est présentée à la Fête de la Musique donc on a chanté un titre des Smiths et apparemment ça a bien marché ! Du coup, on a eu la chance de le faire avec Bruxelles ma Belle qui font du travail extraordinaire et avec qui on a déjà eu l’occasion de travailler auparavant. C’était vraiment une belle expérience.

Si vous deviez défendre « Colours » en un mot, pas plus, que diriez-vous ?

Ziggy : Coloré !!

Romain : Ah ouais tu prends pas de risque toi !

Matthew : Diversifié

Romain : Eclectique

Ziggy : Magnifique

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s