La jeunesse ensoleillée des Local Natives

Local Natives est un groupe rare dans l’industrie musicale actuelle. Rare car il arrive à parfaitement doser les exigences du rock indé et une sensibilité profonde présente dans toutes leurs productions. Cela fait désormais six ans que le groupe nous offre sa musique faite d’arrangements musicaux, d’harmonies vocales et donc surtout de sentiments. Après un « Gorilla Manor » exaltant, un « Hummingbird » plus sombre mais d’une beauté assez époustouflante, les Californiens reviennent en 2016 avec un « Sunlit Youth » très attendu. Une nouvelle réussite? Oui, 1000 fois oui. Chronique!

Avant de parler musique, il est important de souligner quelque chose ici, une chose qui nous fait aimer les Local Natives encore plus : le vinyle est redevenu un produit de consommation globale, pourtant une nouvelle fois le groupe respecte ses fans et leur offre un bel objet, un véritable écrin pour leur superbe musique. Ainsi non seulement la pochette de l’album est sublime accompagnée d’encre qui change à la lumière, mais le groupe a aussi accompagné son vinyle de superbes photographies dans la thématique de l’opus. Un joli cadeau donc pour tous les amoureux des vinyles.

Pour en revenir à la musique, l’élément le plus important au final, « Sunlit Youth » (qui peut se traduire par jeunesse ensoleillée) est une jolie réussite de la part d’un groupe qui prend la bonne habitude de ne jamais nous décevoir. Pour tout ceux qui connaissent déjà le groupe, il n’y aura pas de grosses surprises, si ce n’est l’apparition de nappes un peu plus électroniques sur des chansons comme « Vilainy » ou « Dark Days » par exemple.

L’album est une collection de chansons joyeuses et excitantes, qui parlent de jeunesse, de soleil, de palmier … Cet album optimiste, qui donne le sourire pendant 45 minutes, ponctué de jolies fulgurances et de tubes évidents comme les excellents « Fountain Of Youth », « Mother Emmanuel » et » Past Lives ».
Un album qui a l’air de nous dire que tout est possible, qu’on peut être ce que l’on veut, vivre comme on le souhaite et en ces temps obscurs, on a envie d’y croire et de s’y accrocher. Quant au compositions, elles sont toujours aussi parfaites, un vrai travail sur les ambiances, sur les sons et les voix qui s’entremêlent est une nouvelle fois effectué ce qui donne au son du quintette une véritable identité, une âme, qui nous permet de les reconnaître dès les premières secondes, un son véritablement unique et parfois vraiment jouissif.

« We can do whatever we want. We can say whatever we mean » nous dit le groupe dans « Fountain of youth » et effectivement, si les cinq californiens continuent de nous offrir des albums aussi réussis , rien ne les empêche de dire et faire ce qu’ils veulent. Nous, on sera toujours là, prêts à nous réjouir devant un groupe qui ne cesse de nous étonner et qu’on n’arrêtera probablement jamais d’aimer. L’album vient juste de sortir, mais le futur s’annonce déjà brillant pour les Californiens et on a envie de dire vivement la suite !

Photo by Nathaniel Wood

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s