Ecouter Géry Lippman aux portes de la Boverie

Dimanche dernier, c’est derrière les portes du nouvel auditorium de la Boverie que Géry Lippman a reçu une centaine de privilégiés afin de leur présenter son dernier album « La Serrure ».

Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet artiste liégeois, il fait partie des rares belges à avoir fait le choix de la chanson française et ce depuis de nombreuses années. En effet, il compose et se produit sur scène depuis ses 16 ans ; d’abord avec son groupe Acte 2 et ensuite en solo. Il peut notamment se vanter d’avoir fait les Francos pas moins de quatre fois entre 1997 et 2008 ! Aujourd’hui et après trois albums, respectivement « Entre Amours et Voyages » sorti en 2003, « Le Surfeur des Etoiles » en 2007 et « Vaisseau Fantôme » en 2013, il présente son quatrième opus : « La Serrure ».

Les lumières s’éteignent, un écran descend, une image apparaît, le public se tait et découvre le clip de « J’écoute aux portes », clé de voûte de l’album. La toile remonte et, dans une ambiance tamisée, on aperçoit quelques instruments et surtout quatre bannières de l’illustration de l’album qui sont du plus bel effet. Une fois le pianiste assis derrière son sublime piano à queue, le concert commence. On découvre de très beaux textes dans lesquels le travail des mots et du vocabulaire sont très précis, on perçoit par ailleurs un certain gout pour les enjambements: « Elora… de l’or » ou « L’une y voit ses maîtres à l’univers…ité » créant ainsi des jeux de mots plutôt subtils portés par la voix de Géry -qui a du coffre, il faut l’avouer- ! Le piano envoûtant se partage la scène avec un extraordinaire quatuor à cordes qui apporte beaucoup à l’émotion du moment et avec une guitare tantôt semi-acoustique, tantôt électrique transformant tout à fait l’ambiance. De temps à autres s’ajoutent des voix féminines, douceurs au milieu des mélodies planantes. Entre chaque morceau, Géry se plait à nous conter l’histoire de cet album au titre et au visuel (qu’on peut d’ailleurs saluer car il correspond bien à l’ambiance du CD) mystérieux et, oserait-on le dire, alléchant… Le public étant d’ailleurs insatiable, l’Artiste a eu le droit à un rappel, ce qui lui a permis de jouer l’un ou l’autre de ses anciens morceaux tels que « Shut up », « Le P’tit Mail » ou encore « Les Don Juan ».
C’était un bien agréable moment et une belle découverte dans une salle bien choisie pour l’occasion.

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Gery Lippman dit :

    Je vous remercie de tout coeur pour cette belle analyse

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s