Sziget: peace, love and party all night!

Sziget Festival : ce nom ne sonne pas familier de manière générale et pourtant, il s’agit de l’un des plus grands festivals d’Europe. La dernière édition s’est déroulée du 8 au 14 août dernier et a rassemblé cette fois environ 550.000 festivaliers venus de tous les horizons durant les sept jours. Eh bien, parmi cette foule se trouvait une rédactrice de Musically Yours, qui va volontiers vous faire part de son aventure sur l’Île de la Liberté. 

Dans un premier temps, renseignons-nous sur le festival en lui-même. La première édition du Sziget Festival remonte à 26 ans désormais et a lieu sur une petite île du Danube en plein centre de Budapest, capitale de la Hongrie, surnommée Île de la Liberté. Par ailleurs, ce n’est pas un hasard que sziget se traduit par île en hongrois. D’abord fête destinée aux étudiants, le festival fait désormais partie des événements de l’été à ne pas rater et s’est vu notamment récompenser de plusieurs prix tels que le Best Major European Festival en 2011 et 2014. De plus, l’île a une superficie de 140 terrains de football, ce qui permet donc d’y installer entre autres une quinzaine de scènes uniquement dédiées à la musique. Car contrairement à ce que l’on pourrait croire, le festival ne se limite pas aux concerts. Les festivaliers ont également la possibilité d’assister à des conférences, des séances de cinéma, des spectacles de cirque, etc. Tout le monde peut donc y trouver son bonheur.

Sziget Main Stage
Dan Panaitescu Main Stage – Pic by Rockstar Photographers

Le thème de cette année se présentait sous une philosophie peace and love avec comme slogan join the love revolution. Il était question de mettre en avant la paix, la lutte contre la xénophobie et l’homophobie, les droits humains mais aussi l’écologie et l’amour que l’humanité éprouve (ou du moins devrait éprouver) pour sa planète Terre. Chaque food truck, bar et autre stand de consommation utilisait donc des verres réutilisables, des couverts en bois et tentait de limiter le recours à la paille en plastique. L’initiative est appréciée et représente un exemple à suivre étant donné qu’un festival peut rapidement se transformer en une déchetterie monstrueuse.

Green planet
Pic by Sziget festival’s official photography team

Il est temps maintenant de s’intéresser aux scènes et concerts. Comme mentionné précédemment, l’île dispose d’une superficie assez grande pour y monter une quinzaine de scènes pour des concerts. Quelques unes d’entre elles s’attribuent dès lors un style musical bien ciblé, par exemple la World Music Stage pour des groupes de musique du monde, l’Europe Stage sponsorisée par Ibis pour les groupes européens encore méconnus du grand public ou en voie de sortir de l’ombre, la Colosseum sponsorisée par Telekom et la Bacardí Arena pour la techno et l’electro, l’Afro-Latin-Reggae Village, etc. Concernant les deux plus grandes scènes, la Dan Panaitescu Main Stage et la Mastercard Stage, on pouvait y voir performer des artistes en vogue ou d’une renommée internationale comme Kygo, Arctic Monkeys, Tom Grennan, Sofi Tukker, Kaleo, etc. Avec autant d’installations, le festival peut donc proposer une programmation de choix mais cela ne s’avère autrement pas toujours être un avantage. En effet, certaines scènes se trouvent à proximité de l’une de l’autre et cela a parfois nui aux shows qui s’y déroulaient. Ecouter la magnifique prestation acoustique d’Asaf Avidan avec des basses rythmées d’un DJ set en fond n’est pas ce qu’il y a de plus agréable.

Hippocampes
Pic by Major Kata, Rockstar Photographers

Concernant les concerts, on retient notamment la prestation impressionnante de Gorillaz. Impressionnante pour le génie musical de Damon Albarn, leader du groupe, et pour l’énergie de tous les choristes et musiciens qui se trouvaient sur scène avec lui (ils devaient être une quinzaine en tout). On en déduit dès lors que Gorillaz est bien plus explosif en live qu’en simple écoute, ce groupe doit donc absolument faire partie de votre liste de concerts à voir. En restant dans l’explosivité, on fait également référence au show de Kendrick Lamar. Arrivé avec plus de 40 minutes de retard, le rappeur américain a tout de même délivré une performance (écourtée) de qualité. La jeune chanteuse anglaise Dua Lipa ressort aussi du lot. À 22 ans, elle s’impose déjà en tant que la prochaine grande artiste Pop avec un show bien maîtrisé et une voix puissante. Toutefois, les artistes qui auront le plus fait danser les Szitoyens à la Main Stage sont indéniablement Kygo et Parov Stelar ; deux styles différents et pourtant tout autant rassembleurs et festifs. Le DJ norvégien aurait néanmoins le mérite de se voir accorder des points en plus pour son show visuel assez (voire le plus) impressionnant.

Kygo
Kygo – Pic by Sziget festival’s official photography team

On n’a pas encore terminé ! Festival rime bien sûr avec découvertes, que cela signifie voir pour la première fois un artiste déjà connu en live ou tout simplement approfondir (encore et toujours) sa culture musicale. Nos yeux et oreilles se sont donc ouverts (et parfois émerveillés) devant la performance énergique et délicate à la fois de la chanteuse suédoise Lykke Li, la complicité chaleureuse dont ont fait preuve le duo américain Sofi Tukker ou encore le chanteur britannique Tom Grennan, l’incroyable sensibilité de l’artiste israëlien Asaf Avidan, sans oublier finalement Liam Gallagher, ex-chanteur d’Oasis, qui a emmené son public à l’époque ou le fameux couple Gallagher connaissait encore un franc succès en jouant les tubes les plus connus.

Colosseum
Scène Colosseum sponsorisée par Telekom – Pic by Rockstar Photographer

La clôture de la Main Stage avait été remise entre les mains du groupe Arctic Monkeys. Ayant joué la carte de la « douceur » pour leur show, cela leur a malheureusement valu les déceptions du public qui apparemment s’attendait à de la sueur, des riffs de guitare à n’en plus finir et des lumières à gogo. En effet, l’organisation du Sziget avait prévu une formule différente des autres années pour le show final. Au lieu d’offrir un feu d’artifices à la fin du dernier concert de la Main Stage, il a été plutôt question de proposer un end show somptueux aux décors tropicaux et orchestré par elrow. Cependant, on n’a pas su y rester longtemps de peur d’y laisser nos tympans, la musique était assourdissante. 

Sziget
Pic by Sandor Csudai

En quelques mots, le Sziget festival se résume donc à une excellente expérience. Cette aventure d’une semaine sur l’Île de la Liberté est marquante tant par sa convivialité et par sa capacité à couper du monde. Le festival met aussi ses visiteurs au défi d’une certaine manière ; trouver le club secret dont l’entrée n’est autre qu’une cabine de toilette, ou alors les surprend en annonçant quelques heures avant un événement secret (cette année un deuxième set de ZHU au pied de la tour de la Main Stage). Il offre aussi des exclusivités comme l’unique passage en festival en Europe du groupe Mumford & Sons et la possiblité de faire la fête toute la nuit. Il n’oublie pas le bien-être des Szitoyens en mettant en place une plage sur laquelle ils peuvent se relaxer au soleil ou lors d’une séance de yoga. Finalement, il y a tant à voir qu’une semaine complète ne suffit pas pour profiter du site dans son entièreté sans revenir à la maison avec une once de frustration. Sziget festival, ton énergie permanente et festive, tes foules, tes pintes de bière et ton soleil écrasant, couronnés par une programmation de choix, laissent certainement nostalgique tout festivalier qui a foulé ton île.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s