Mustii à la MCFA : le feu ardent

Le mois dernier sortait le premier album de Mustii, 21st century boy. Pour défendre ce disque, le jeune chanteur s’est lancé dans une tournée qui faisait arrêt ce 10 novembre à la Maison de la Culture de Marche-en-Famenne.

Pour démarrer la soirée, rendez-vous était pris avec Loyd. Jeune artiste bruxellois, il tourne sur scène en configuration batterie/DJ. Pendant près de 40 minutes, les deux mecs ont offert une performance bluffante de puissance. Enchaînant les morceaux les uns après les autres, on se rend vite compte qu’il n’y a pas besoin d’interaction avec le public tant on est transporté dans un tourbillon d’énergie. Le projet est encore jeune mais le talent est déjà grand et on prédit à Loyd de belles heures en perspective !

Pic by Mélanie Champion
Pic by Mélanie Champion

C’est sur le coup de 21h30 que le maître de cérémonie, Mustii, est apparu. Caché derrière un immense drap blanc, il ouvre la soirée sur The Cave, morceau issu de son EP The Darkest Night sorti en 2016. Cette mise en scène, épurée et efficace, va d’ailleurs permettre à l’artiste de rajouter un part de jeu pendant le concert. Le dress code de la soirée semble être le blanc ; les musiciens sont tout de blanc vêtus, tout comme Thomas qui, lui, porte également une sorte de manteau de boxeur, prêt à se battre sur le ring.

Pendant 1h30, le chanteur a montré que ses talents de showman n’étaient plus à prouver. Parcourant la scène de long en large du début à la fin, il s’est mis le public en poche en quelques secondes à peine. Un concert de Mustii, c’est une performance humaine avant tout car il n’y a pas un seul moment où le plaisir d’être là ne se fait pas ressentir. Il sourit, communique avec le public (à qui il n’hésite pas à rendre visite sur Blind), saute, court, mais perd probablement trois kilos sur la soirée tant il ne s’arrête pas une seule minute. On peut d’ailleurs en dire de même de ses trois musiciens qui prennent un plaisir immense à faire leur métier, véritable plus-value pour le public qui semble ressentir tout ça.

Pic by Mélanie Champion
Pic by Mélanie Champion

Mais que valent les nouveaux morceaux sur scène ? Force est d’avouer que ce 21st Century Boy est taillé pour le live. Les chansons sont efficaces et on peut déjà voir qu’une partie du public chante avec Mustii sur ces morceaux, preuve d’une réussite. Tout est adapté pour coller à une configuration scénique, ce qui lui a permis d’interpréter la quasi-totalité de cet opus. Des titres comme People (are running the streets), Between us ou Blind sont de véritables machines avec des refrains faits pour danser là où la version piano-voix de Safety zone colle des frissons du début à la fin. Pour le final, nous ne pouvions bien sûr que compter sur l’indéfectible Feed me, moment propice pour Thomas de prendre un ultime bain de foule.

Une fois encore avec Mustii, on termine notre concert sur les genoux, usés par l’énergie déployée pendant tout le set. Véritable bête de scène, le chanteur n’a plus à prouver ses talents et est bien parti pour devenir un artiste incontournable dans le paysage musical belge.

Pic by Mélanie Champion
Pic by Mélanie Champion

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s