Hooverphonic: ère nouvelle

Hooverphonic, le retour ! Deux ans après un In wonderland en demi-teinte et passé un peu inaperçu, le groupe flamand revient avec un dixième album, Looking for stars, et une sixième chanteuse, Lukas Cruysberghs. Chronique !

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas forcément Hooverphonic, il faut savoir que le groupe est adepte des changements de line-up. En 2015, après deux albums studio dont le superbe Reflection, la chanteuse Noémie Wolfs était la cinquième chanteuse à quitter la formation. Alex Callier et Raymond Geerts, les membres fondateurs, ont donc décidé de sortir un album mélangeant les voix sans pour autant trouver une chanteuse/un chanteur définitif. S’en était suivie une tournée où voix masculines et féminines se succédaient. La stabilité étant certainement un choix plus judicieux, les deux musiciens se sont donc tournés vers la jeune Luka Cruysberghs, lauréate de The Voice of Flanders 2017. Mais alors que vaut cette nouvelle voix ?

Avec le single Romantic en boucle sur les radios, le nouveau trio marque un grand coup avec un style reconnaissable entre mille : le style Hooverphonic. Ce son de guitare, cette naïve sensualité… tout est là pour nous rappeler qui on écoute, rappelant des titres comme Anger never dies. L’album s’inscrit finalement dans une sorte de retour aux sonorités d’avant. La guitare de Geerts amène cette touche très clean qui permet à l’album de prendre son envol et la voix de Cruysberghs semble taillée pour coller à l’univers d’Hooverphonic. Avec la justesse qu’il faut et une jolie pointe de fraîcheur, la nouvelle chanteuse fait ses preuves d’entrée de jeu sur ce dixième opus du groupe. Avec Uptight, par exemple, elle apporte le côté dansant de Looking for stars là où elle offre une dose de douceur sensuelle sur Feathers and Tar. Succéder à des chanteuses de talent comme Geike et Noémie est un poids énorme à porter mais Luka s’en sort très bien sur ce disque.

Portés par cette voix mélodieuse, Alex et Raymond ont réussi à créer quelque chose de sincère et fort à la fois. Les compositions font le job et relancent un univers qui manquait tant sur l’opus précédent. Hooverphonic, c’est avant tout un projet assez aérien et ample et c’est donc un plaisir de se laisser une nouvelle fois embarquer sur ce bout de chemin.

Finalement, ce retour d’Hooverphonic fait du bien. Avec Luka Crusyberghs derrière le micro, la cohésion est de retour et de beaux jours s’annoncent pour le trio. Looking for stars est un album réussi qu’on se plaît à découvrir un peu plus à chaque écoute.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s