Georgio : vingtaine sociétale

Georgio, l’étoile montante du rap français, est de retour avec XX5, son tout nouvel album. Avec un titre en référence à son âge, le jeune rappeur livre un successeur à l’excellent Héra sorti en 2016. Chronique !

On avait donc laissé Georgio deux ans en arrière avec un album touchant et très introspectif. L’artiste se livrait sur ses pensées les plus profondes avec des textes féroces autant que nostalgiques. Nos attentes étaient donc élevées quant à la suite livrée à cet opus. C’est alors qu’est arrivé XX5.

D’entrée de jeu, le rappeur livre Hier, morceau puissant sur la galère passée. Ce texte est, une fois de plus, très personnel voire noir et est déclamé avec le talent qu’on connaît à Georgio sur un refrain fort et efficace. Une entrée en matière puissante. Le titre suivant, Miroir, est tout aussi touchant que sincère (J’étais dans l’froid sans savoir où je dormirais le soir). Sur les 17 ( ! ) pistes de l’album, le MC se livre à plusieurs reprises sur son passé ou sur les nombreuses questions qu’il peut se poser.

Toutefois, une bonne partie de XX5 se révèle plus sociétale que sur son prédécesseur. En effet, beaucoup d’événements ont eu lieu sur le sol français depuis le 4 novembre 2016 : les attentats du Bataclan, les universités bloquées par les étudiants, les élections… et Georgio a pioché dans certains de ces événements pour dénoncer la France qui l’entoure en 2018. Un véritable back to the roots du rap.

Sur des compositions oscillant entre beats profonds et guitares acoustiques, le Français mélange les styles et varie les influences. Il arrive ainsi à offrir différentes émotions et impacter plus ou moins fort ses propos. A noter également que Georgio s’est entouré de plusieurs rappeurs sur ce disque : Isha sur Dans mon élément, Vald sur Barbara et Victor Solf sur 31 janvier. Un certain Woodkid se serait aussi glissé, saurez-vous le repérer ?

En résumé, Georgio se fait porte-voix d’une jeunesse emprise à une France tourmentée. Introspectif un moment, il sort un autre de ses propres expériences pour déposer des mots sur ce que le monde peut lui proposer. Sur la pochette de l’album est inscrit en latin : Ma jeunesse a disparu, la suite n’en sera que meilleure. Du haut de ses 25 ans, sa plume a déjà tout d’un phénix.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s