Alain Bashung : rêves d’outre tombe

Le 14 mars prochain, cela fera déjà dix ans que Monsieur Alain Bashung s’en est allé. Un deuil difficile à faire qui se comble un peu aujourd’hui par la sortie de son album posthume, En amont. Chronique !

C’était en septembre dernier que nous apprenions de Chloé Mons, veuve de Bashung, qu’allait sortir ce dernier album. Onze titres sont donc parus, issus des sessions d’enregistrement du fabuleux Bleu Pétrole, ultime album sorti du vivant de l’interprète de La nuit je mens. Pour la production, Mons a fait appel à la productrice Edith Fambuena qui avait déjà travaillé avec le chanteur sur deux autres albums dont Fantaisie militaire. Une question se pose alors : ressusciter Bashung était-il une bonne idée ?

On ne vous fera pas attendre plus longtemps, la réponse est oui. Oui. Oui. Et oui. Dès l’ouverture de l’album sur Immortels, on comprend qu’on va entendre du grand Bashung, celui qui fait marrer, celui qui fait pleurer, celui qui intrigue. Cette voix qui nous a tellement manqué ces dix dernières années revient d’outre-tombe et colle des frissons incroyables. On retrouve aussi le Bashung rock’n’roll, notamment sur Ma peau va te plaire #2 qui n’est pas sans rappeler, dans sa composition, un certain Personal Jesus.

Ces chansons posthumes sont donc issues de la période de Bleu Pétrole et prennent aujourd’hui un sens incroyable aujourd’hui. Seul le chien est un titre poignant voire déchirant dans lequel l’artiste s’imagine partir seul, sans un regard à l’exception d’un chien au milieu de la salle. Tourmenté mais infondé. Le chanteur livre un véritable album testament où ses pensées se mélangent aux histoires ; Les rêves du vétéran est un morceau fou où il raconte ces souvenirs gravés à jamais dans les mémoires militaires, comme s’il avait pu se glisser dans leurs esprits. Les mots sont beaux, les mots sont doux, les mots touchent.

Aux compositions, on retrouve de belles pointures comme Dominique A, Joseph d’Anvers ou encore Daniel Darc. Toutes ces personnes ont redonné vie, l’espace de 45 minutes, à un artiste parti bien trop tôt. Bashung était, et restera, une légende la chanson française et même loin de nous, il arrive encore à revenir nous montrer qui est le patron.

En amont est un album fabuleux qui vous fera pleurer et sourire. D’autres projets posthumes sont à venir mais cet album complet est probablement la conclusion parfaite à la carrière d’anthologie, jalonnée de tubes et d’incontournables d’Alain Bashung.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s