Shaka Ponk : une dose de survoltage

Le 30 mars 2019 marquait le deuxième passage très attendu du groupe français Shaka Ponk au Luxembourg. Très attendu du fait que le concert aurait normalement dû avoir lieu en septembre 2018 dans le cadre du week-end de lancement des Francofolies luxembourgeoises, et qui s’était finalement vu reporter à mars de cette année à cause de Frah et de son « petit cou cassé ». En tout cas, on n’a pas voulu rater cette date et on est bien décidés à tout vous raconter dans cet article. 

La soirée a débuté avec deux groupes en première partie. Le groupe luxembourgeois Versus You a ouvert le bal à 19h30 avec ses compositions punk rock. Ce n’était pas notre tasse de thé mais on apprécie tout de même d’avoir pu écouter un groupe local en support d’une tête d’affiche, chose plutôt rare. Est arrivé ensuite le groupe français Tagada Jones, dans le même genre que Versus You. On remarque que les Tagada sont déjà plus connus du public, qui reste moins indifférent et qui commence sur la fin à s’échauffer. On vous recommande l’écoute de leurs morceaux La peste et le choléra, Tout va bien et Vendredi 13, ce dernier ayant été composé en hommage aux attentats du Bataclan. Bref, vous comprenez que la soirée prenait déjà un tournant plutôt énervé.

DSC_0041_00022_logo
Versus You – Pic by Vicky Chleide

 

DSC_0146_00052_logo
Tagada Jones – Pic by Vicky Chleide

21h45 (enfin), Shaka Ponk prend place sur scène sur une intro animant les trois singes de la sagesse customisés à la bionique shaka ponkesque sur une ambiance post-apocalyptique. Depuis que Shaka Ponk écume les grosses salles de concert, c’est une atmosphère très typique durant leurs prestations. Sur les grands écran LED composant le fond de scène, on voit des gorilles radioactifs et autres créatures mises en scène sur leurs compositions électro-rock alliant metal, rap et parfois funk. Le plus impressionnant dans tout ça est que cet univers est créé de A à Z par le groupe lui-même.

DSC_0179_00059_logo.jpg
Shaka Ponk – Pic by Vicky Chleide

Avec une scénographie unique en son genre, Shaka Ponk parvient alors à transformer un concert de presque deux heures en un spectacle explosif et captivant. Les deux moments forts du show reviennent à la chorégraphie de Frah (chanteur) et Sam (chanteuse) synchronisée avec une armée de singes robots sur le titre Gung Ho et la ‘battle’ affrontant chaque musicien à une célébrité ayant marqué son époque : CC (guitariste) contre Kurt Cobain, Steve (claviériste) contre Prince et David Bowie, et Mandris (bassiste) contre Lemmy Kilmister. Environ 15 minutes de solos endiablés, sans oublier bien sûr l’affront de Ion (batteur) contre un gorille géant bionique. Le plus drôle est que les musiciens ne sortent pas vainqueurs de ces duels virtuels.

DSC_0182_00061_logo.jpg
Shaka Ponk – Pic by Vicky Chleide

En ce qui concerne la playlist, le groupe a majoritairement joué des morceaux de ses trois derniers albums. Mais comme on adore l’intégralité de la discographie, il nous manque les bons vieux Shaka Ponk, des titres tels que Hell’O et How We Kill Stars, et qu’on apprécierait tellement écouter (à nouveau) en live. Côté performance, Sam est toujours au top et délivre une puissance vocale qu’on ne peut trouver nulle part ailleurs. Si leur scénographie est un de leurs points forts, la voix de la chanteuse en fait partie également. Néanmoins, on observe que le groupe est beaucoup plus calme sur scène, notamment Frah en raison de ses problèmes de cervicales. L’énergie que dégagent donc les artistes en est moindre, pourtant le show fait que le public s’est quand même éclaté vu comme il enchaînait les mosh pits dans la fosse.

DSC_0233_00083_logo.jpg
Shaka Ponk – Pic by Vicky Chleide

Bref, on ne se lasse pas de voir les Shaka en concert. On les avait déjà vus il y a 4 ans lors de leur premier passage à la Rockhal, et on ne va pas vous cacher qu’on a eu un grand sourire en voyant cette fois que la salle était presque sold out (ça devait se jouer à une voire deux centaines de places non vendues). En tout cas, on est impatients de voir ce que le groupe nous réservera pour leur prochaine tournée. Plus de singes ? Plus de robots ? Plus d’apocalyspe ? Peu importe, on en voudra toujours plus de toute façon !

DSC_0298_00104_2_logo
Shaka Ponk – Pic by Vicky Chleide

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s