-M- le Magnifique à Forest National !

Matthieu Chedid, plus connu sous le nom de -M-, était ce vendredi soir dans l’enceinte de Forest National pour la présentation de Lettre infinie, sorti il y a quelques mois. Récit d’un concert étourdissant !

C’est David Assaraf qui ouvrira pour Matthieu. Un artiste suisse qui vient de sortir son tout premier album : Ceux qui dorment dans la poussière. Vingt minutes de chansons calmes, peut-être un peu trop, mais il ne s’en cache pas avec beaucoup d’auto-dérision.

C’est sur une super intro en 3D (on a tous reçu des lunettes qu’on porte tous avec beaucoup de classe) que M- fera son apparition tel un magicien. Seul avec sa guitare, et devant un rideau, il débutera en acoustique sur le très joli Une Seule Corde. Sa voix, son magnétisme ne mettra pas longtemps avant d’éblouir le public. On est déjà en lévitation avec les versions très épurées de Je dis aime et Qui de nous deux et toujours avec ce touché de guitares si aisé. C’est déjà la fête dans toute la salle. C’est à ce moment que le rideau s’écarte et qu’on s’apercevra que -M- est venu humainement seul sur scène ! Il est entouré de drôles de machines qui fonctionnent presque toutes seules : il y a Roxy et Tom les deux totems ou encore l’antique Tom (on ne va pas en dire trop pour ne pas gâcher la surprise). Avec cet ensemble, le chanteur s’amuse avec des boucles, ses guitares et même des percussions.

Le public, comme en transe, chante et danse. On retrouve la chaleur de l’extérieur. Malgré cette folie intense, il ne manquera pas aussi de nous émouvoir sur Massaï, L.O.Ï.C.A (pour son fils) ou sur En tête à tête. Il n’hésitera pas à faire plusieurs bains de foule quitte à parcourir les tribunes sur l’endiablé solo d’Adieu mon amour ou sur son piano roulant en plein milieu de la fosse. Quel beau moment de complicité avec ce jeune garçon pour cette version chorale de La Seine. Le public est en extase et ce sentiment ne faiblira pas sur la dernière partie : du rugueux Complexe du corn flakes (avec des riffs de Nirvana et des White Stripes) en passant par le disco/funk de Machistador ou de Mojo. Le tout avec des visuels, 3D ou non, complètement dingue. On avait plus vu ça depuis Stromae. Et puis cerise sur le gâteau, après avoir invité quelques heureux fans sur scène à danser sur Le bal de Bamako, c’est Roméo Elvis qui viendra mettre son flow. La salle devient presque hystérique et en veut encore plus ! Mais malheureusement la fin est proche et Mathieu reviendra pour une version « douce » de Superchérie.

Pendant près de 2h20, M s’est donné à corps perdu dans une performance à la fois éblouissante et humaine. Il est difficile, voire quasi impossible, de trouver des points négatifs même si on pourrait chicaner sur l’acoustique du lieu à certains moments. L’essentiel n’est pas là car on a réellement beaucoup de mal à redescendre. En musique comme dans l’alphabet il n’y a qu’un seul et unique -M- !

Si vous n’avez pas eu la chance d’assister à cette soirée folle, pas de souci ! Il sera de retour dans la même salle le 4 décembre prochain.

M2
Pics by Guillaume

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s