Le prodigieux Eddie Vedder à Forest National

On était encore sur la route ce mercredi soir pour aller assister à la tournée solo du frontman de Pearl Jam : Eddie Vedder. Forest National était ultra bondé pour accueillir l’une/la plus belle voix du rock actuel. Récit d’une soirée inoubliable !

Comme préambule, c’était le très talentueux Glen Hansard que nous avions croisé il y a quelques semaines. Plus d’une demi-heure sur scène, seul cette fois, mais toujours autant d’intensité et des très beaux moments comme Way Back In The Way Back When ou Her Mercy avec ce petit snippet de Bird On A Wire de Leonard Cohen. On le retrouvera plus tard dans la soirée.

Quelques dizaines de minutes plus tard, Eddie Vedder fait son entrée sur l’une des musiques du film d’Into The Wild : Tuolomne. L’occasion rêvée de découvrir les perles de cette BO en live : Far Behind, No Ceiling. Il débutera, cependant, dans la douceur avec le Keep Me in Your Heart de Warren Zevon et le Girl From The North Country de Dylan. Même si on s’en doutait, la soirée va surpasser nos espérances. Une qualité sonore pour Forest quasi irréprochable et le bonheur d’entendre des versions dépouillées du catalogue de Pearl Jam : I Am Mine, Indifference ou encore Can’t Keep. Ce catalogue prendra encore plus de hauteur avec la participation du quatuor à cordes Red Limo. L’émotion est grande, c’est peu de le dire, sur Guaranteed ou encore Sleeping By Myself.

Très loquace, Vedder parle de la vie actuelle aux Etats-Unis, de la nécessité de retrouver notre humanité. Et puis, il dédiera The Ship Song à sa rencontre (très drôle) avec son auteur Nick Cave lors du festival Rock Werchter de 2018. Eddie, entouré de ses guitares et de son fidèle ukulélé, va véritablement transformer l’arène en une expérience spirituelle comme l’était l’un des sujets du livre Into The Wild. Il quittera la scène quelques instants, pour laisser la place au Red Limo pour une improvisation s’enchaînant sur la bluffante et magique version instrumentale de Alive et le refrain entonné par plus de sept mille personnes. Tout le monde a la chair de poule même la star de la soirée !

On reprend ensuite de plus belle avec un final en apothéose et Glen Hansard en guest de luxe. La communion entre les deux hommes est remarquable comme cette reprise de Sleepless Nights des Everly Brothers, Just Breathe ou Society ! Le final sera très up-tempo entre le Should I Stay or Should I Go des Clash et un Hard Sun hyper énergique. Et malgré le couvre-feu largement dépassé, Eddie aura l’autorisation de faire sa traditionnelle reprise de Neil Young Rockin’in the Free World repris avec énergie avec le public qui en redemande, mais en vain !

La performance d’Eddie, hier soir, fut au-delà des superlatifs à la fois pour sa sincérité (musicale), son charisme et sa voix si chaude. On ne le dit pas souvent mais on a vécu un véritable uppercut musical qu’on pourrait résumer en trois mots : émotions, sourires et frissons ! There is no Better Man like him !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s