AC/DC de retour en toute puissance

Après de longues rumeurs auxquelles on finissait par ne plus croire, force est de constater qu’on a eu tort de ne pas avoir la foi. En effet, AC/DC est de retour avec Power Up, le 17ème album du groupe australien. Chronique !

C’est il y a six ans quasi jour pour jour que nous avions entendu Rock Or Bust, le précédent album d’AC/DC. Sur cet opus, on avait senti le groupe un peu fatigué, se contentant du minimum syndical pour contenter le public. Pour ce nouveau disque, on s’attendait donc à du AC/DC pur jus sans toutefois casser la baraque. Seulement voilà, en six ans, l’eau a coulé sous les ponts ; Phil Rudd est de retour à la batterie après d’obscures histoires, Cliff Williams est revenu à la basse, Brian Johnson est de retour au micro après avoir dû laisser sa place à Axl Rose sur le reste de la tournée et surtout, Malcolm Young nous a malheureusement quittés… Reste Angus Young, fidèle au poste depuis la première heure. Ce serait lors des funérailles de Mal’ que le line-up d’origine et Stevie Young auraient décidé de reprendre du service et diable quelle bonne idée !

Sur les douze morceaux que comporte ce nouvel album, on sent que les papys rockers ont donné de leur personne et y ont mis toutes leurs tripes pour présenter un produit fini qui a clairement de la gueule. C’est en se basant sur des riffs du regretté Malcolm qu’est né ce Power Up et c’est probablement dans cette idée que réside l’essence-même du disque. Surpassant de loin Rock Or Bust, on pourrait également le mettre au-dessus de Black Ice pour ce supplément d’âme qui résonne dans ce hard rock aux solides racines blues auquel les cinq mecs nous ont toujours habitués.

On retrouve ainsi un Angus au top de sa forme qui parvient encore à nous surprendre sur Through The Mists Of Time qui rappelle quelque peu l’époque Stiff Upper Lip ou sur l’imparable Demon Fire qui montre que l’éternel écolier en a encore dans les doigts mais aussi que la voix de Brian peut encore nous arracher un sourire malicieux. Bref, comprenez que même en sortant un 17ème album, les mecs en ont encore sous le coude.

On partait quelque peu fatalistes avec Power Up, soyons francs avec vous. Mais qu’est-ce qu’on s’est trompés ! AC/DC sort le grand jeu pour ce retour. Sans pour autant sortir un chef-d’œuvre, le groupe réussit le pari d’un album d’un excellent niveau et qui nous redonne de l’espoir quant à une éventuelle suite. On ne pouvait pas espérer plus bel hommage à Malcolm Young, dont le groupe s’est inspiré pour ce disque grâce à d’anciens riffs. We salute you Mal’ !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s