LANDMVRKS : sur sa plus haute vague

Ce 19 mars, les Marseillais de LANDMVRKS sortent leur troisième album, Lost in the Waves, deux ans après l’excellent Fantasy. Si leur style reste reconnaissable entre mille, il est surtout plus mature et plus accompli que ses prédécesseurs.

LANDMRVKS n’a pas pour réputation de faire dans la dentelle. Lost in the Waves, c’est un peu le cri du cœur que tout le monde retient mais que les Marseillais n’ont pas eu peur de pousser. Ecrit en pleine crise Covid, les thèmes évoqués s’y heurtent indubitablement. Paralyzed, évidemment, dont le clip a été tourné à l’Accor Hotel Arena, rappelle à quel point la culture et les musiciens ont été durement touchés par cette pandémie.

Mais cette colère, ce désarroi, on la connait bien chez LANDMVRKS. Clairement, Lost in the Waves n’a pas été écrit pour se réinventer. Lost in the Waves a surtout été écrit pour s’affirmer. Le timbre si singulier de Florent Salfati détonne et s’infiltre dans les oreilles avec une force indescriptible, qu’il screame ou qu’il chante d’ailleurs. Le groupe continue de mêler les genres pour n’en former plus qu’un, le sien, et cet opus en est d’ores et déjà la figure de proue.

Et si des titres comme Visage peuvent d’abord surprendre par l’emploi du français dans un rap plutôt mélancolique, il n’en reste pas moins représentatif de ce que les Français sont et d’où ils viennent. Une culture hip-hop assumée, une origine non dissimulée. Sans jamais perdre cette intensité propre à eux, entre cris stridents et sons gutturaux, notamment sublimés dans Say No Word pour ne citer que lui.

Finalement, Lost in the Waves, c’est probablement l’opus le plus heavy que LANDMVRKS ait à offrir. Rainfall avait déjà annoncé la couleur à sa sortie en octobre. Les riffs sont lourds, mais surtout plus matures. Le groupe frappe fort, très fort, mais sait toutefois doser avec des interludes plus calmes, à l’instar de Always par exemple. Même Shoreline et ses 35 secondes de remous offrent une vague de fraîcheur avant de renvoyer la sauce.

Autrement dit, cet album, c’est probablement l’album signature du groupe. Un album à la fois différent mais parfaitement dans la lignée de ses prédécesseurs, par-dessus lesquels il se hisse sans trop forcer. Et il y a fort à parier qu’il leur permettra de se hisser plus haut sur la scène metalcore et de se faire un petit nom bien mérité. Des LANDMVRKS, on n’en rencontrera pas deux fois, c’est une certitude.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s