Iceage : plus audacieux que jamais

Trois ans après l’excellent Beyondless, les Danois d’Iceage nous reviennent avec Seek Shelter, leur très attendu cinquième album. Avec un nouveau producteur, un guitariste supplémentaire et de nouvelles sonorités, notre curiosité ne pouvait qu’être piquée !

C’est l’histoire de quatre amis d’enfance qui décident de former un groupe de rock à l’adolescence. Ils se trouvent un nom cool, font parler d’eux par leurs concerts d’une rare intensité et sortent leur premier album New Brigade en 2011. La machine est lancée. Très vite catalogué comme LE groupe à suivre, Iceage n’a pas déçu en progressant à chaque album. Le noise rock énergique des débuts a laissé la place à une musique plus nuancée sur les très bons Plowing Into the Field of Love (2014) et Beyondless (2018). Le tout en gardant une identité bien marquée. La personnalité du chanteur Elias Bender Rønnenfelt n’est pas étrangère à la réussite du groupe. Si sa façon particulière de chanter peut agacer certains, le Danois ne peut laisser indifférent par ses prestations habitées. Le genre de personnage “borderline” qu’on pourrait aussi bien retrouver au cinéma. Quand un groupe aussi intéressant qu’Iceage s’attache les services de Peter “Sonic Boom” Kember (ex Spacemen 3) pour son cinquième album Seek Shelter, on se devait d’y prêter une oreille attentive.

Le titre d’ouverture de l’album Shelter Song est déjà riche d’enseignements. En plus de l’intégration du guitariste Casper Morilla Fernandez (Less Win) au groupe, Iceage fait appel à un chœur gospel pour la première fois. On comprend vite que les Danois n’ont pas hésité à explorer de nouvelles sonorités. Et la magie opère. Cette chanson en crescendo est un véritable chef d’œuvre. De l’intro marquante à la mélodie construite progressivement autour de l’interprétation intense de Rønnenfelt, tout est parfait. Iceage nous offre le remède idéal pour supporter les moments difficiles. “Come lay here right beside me. They kick you when you’re up, they knock you when you’re down.” (« Viens t’allonger ici près de moi. Ils te frappent quand t’es debout, ils t’assomment quand t’es à terre »). Des paroles empathiques qui contrastent avec le côté sombre dont le groupe a pu faire preuve par le passé.

Cependant, le côté rassembleur de cette première piste ne doit pas vous tromper sur les intentions du groupe. Il n’est pas question pour eux de chasser le succès ou les passages en radio. Iceage a pris des risques sur cet album. Nous en voulons pour preuve la première chanson qu’a sorti le groupe pour annoncer Seek Shelter. Il faut de l’audace pour commencer à défendre un nouvel opus par un titre aussi déroutant que The Holding Hand. On peut y entendre d’étranges percussions accompagnées par une inquiétante mélodie au piano. Le chanteur nous livre des paroles abstraites avec la profondeur qui le caractérise avant l’arrivée des guitares soutenues par la batterie de Dan Kjær Nielsen qui tape sur les fûts de toutes ses forces. Cette chanson clôture l’album sur un finale des plus bruitistes. Elle nous prouve une nouvelle fois que le groupe ose se renouveler en exploitant d’autres territoires.

Tout au long de l’album, le groupe de Copenhague a pris un malin plaisir à nous surprendre. Il est intéressant de constater que Rønnenfelt a largement freiné le côté très nonchalant de son chant pour nous dévoiler une sensibilité différente. Comme sur la balade Drink Rain qui pourrait très bien faire partie de la bande son d’une comédie musicale s’il n’y avait pas ces guitares légèrement saturées. Love Kills Slowly profite lui aussi du chœur gospel sur son refrain, lui offrant une touche de mélancolie. Tout cela est servi avec une production très (trop) généreuse. En effet, si on peut trouver un élément discutable sur Seek Shelter c’est le choix d’un mix riche qui surcharge un peu le son du groupe. Il n’empêche qu’aucune chanson n’est à jeter dans cet album. L’entraînant Vendetta est sans doute le morceau qui s’inscrit le plus dans la lignée de l’opus précédent Beyondless. Alors qu’avec Gold City, Iceage met un peu de Springsteen dans son univers pour nous proposer un des titres phares d’un groupe plus mature que jamais.

Vous l’aurez compris, Seek Shelter est incontestablement l’opus le plus ambitieux d’Iceage. Le groupe a pris le risque d’explorer de nouvelles palettes sonores quitte à décontenancer son public. Un pari osé mais plus que réussi pour les Danois qui nous offre une œuvre aboutie dont le potentiel se savoure pleinement après plusieurs écoutes.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s