LYORY : entre sang et chocolat.

le

LYORY, c’est un jeune rappeur de Genval qui malgré son jeune âge nous offre déjà trois projets hauts en couleurs. Après avoir exploré son rap avec des influences américaines bien poussées (Playboi Carti, Trippie Redd,…) le tout avec un subtil mélange de violence et de poésie, l’artiste arrive à la fin d’une trilogie avec un opus froid, mélancolique, sombre mais surtout très vrai.

Un mélange de sang et de chocolat aborde un tas de sujets sombres. La mort, l’absence, la peur, la folie ou encore le déni, LYORY a clairement mis ses maux sur la page et avec brio.

Avec des morceaux comme Sabbat et Diabolique, le projet ne manque pas d’efficacité tout en passant aussi par des morceaux plus nostalgiques comme J’ai revu des photos et des fautes qui prouvent une belle maturité dans la construction du projet, court mais qui ne manque de rien.

Le tout avec un style visuel unique, le projet intrigue, fascine mais surtout fonctionne et offre une belle perspective d’avenir au rappeur belge. Si c’est clair qu’il ne fait pas dans le plus mainstream, il serait dommage de passer à côté de ce futur phénomène. Nous vous invitons donc à écouter le projet et à nous donner votre avis, pour notre part c’est une belle surprise. Passons donc a l’interview !

Salut LYORY, en première question, nous aimerions que tu nous parles du processus de création de ce troisième EP, comment ça s’est déroulé ?

Tout a commencé pendant le premier confinement, c’est là où j’ai écrit le morceau J’ai revu des photos et des fautes, j’étais en pleine panne d’inspiration à ce moment-là. Cette musique est vraiment sortie instinctivement, tout le texte était en improvisation et c’est la première fois que je garde un texte inchangé de A à Z. Le dernier refrain est d’ailleurs la note vocale originale qui était sur mon téléphone. De là, il y avait déjà l’idée d’un EP sept titres. Ensuite j’ai eu Sabbat et une fois que j’ai débloqué ça, la suite est venue par elle même.

Par rapport aux thèmes de l’EP, tu abordes des sujets sensibles et personnels, voire intime, comment tu as passé le cap de rendre ça publique, comment tu gères cette ouverture dans cette histoire ?

En faisant le projet je ne me suis pas rendu compte que ça allait être aussi personnel, c’est notamment pour ça que j’ai sorti un documentaire avant la sortie (à voir sur Youtube), pour que les gens comprennent vraiment l’univers de l’EP, alors qu’à la base c’était juste un exercice d’un ami. Maintenant que c’est sorti, j’ai un peu peur d’être bloqué par tout ça, de devoir rester là-dedans. Je peux pas me servir du passé tout le temps, il faut avancer. Avec ce projet, je trouve qu’il y a une bonne énergie et on comprend où je me dirige dans l’EP par rapport aux deux premiers.

Comment ça se passe maintenant que ce projet est sorti ?

Je ne me casse plus trop la tête sur l’écriture, je suis plutôt sur les projets des gens qui m’entourent, plutôt sur des featurings.

Tu es arrivé au bout d’une trilogie, on peut attendre quoi de la suite de ton projet ?

J’aime beaucoup le format EP et les singles, mais dans les singles je n’ai pas le temps d’exprimer mon univers, à l’image de mes deux premiers EP’s. J’aimerais bien arriver à faire un premier album quand j’aurai des beat makers avec qui j’ai un vrai feeling et que je pourrais rémunérer. Pour la suite, je vise les concerts, j’ai également rencontré Iceberg Rap à Genappe qui propose un suivi complet des projets artistiques, des gens très motivés donc je vais sûrement préparer quelques morceaux là-bas.

Tu es maintenant accompagné de musiciens sur scène, est-ce que ça change ta façon de travailler ?

C’est beaucoup plus cool que quand tu es tout seul car évidemment tu n’es pas solo sur scène. Après, quand tu es en panne d’inspiration, ce n’est pas grave car il y a d’autres projets en cours qui m’entourent. Côté perso je suis en pause donc ça aide à avoir des musiciens autour de soi. Il y a par exemple Cliff (à retrouver sur le morceau Table Ronde) qui prépare un projet donc on va tous se concentrer dessus, à la manière d’un collectif. Les musiciens avec qui je travaille viennent de milieux différents, j’ai toujours aimé le rock, c’est ce que je voulais faire quand j’ai commencé à écouter de la musique, le rap est venu bien après. Maintenant que j’ai des musiciens, je peux enfin concrétiser cette envie. Les musiciens sont très naturellement entrés dans mon projet au cours de jams et ça tombait sous le sens. On a commencé sur du matériel amateur puis ensuite on a travaillé avec des personnes qui avaient plus de connaissances en production et en son. Cette formule de groupe marche très bien en concert, on partage énormément avec le public et on peut se permettre de modifier le lineup sans pour autant dégrader la qualité du concert.

Il y a des endroits en particulier où tu aimerais te produire ?

Le Botanique ou l’Ancienne Belgique ça serait cool, en général j’aimerais bien arriver sur Bruxelles bientôt.

Quel est l’objectif que tu as envie d’atteindre avec ce projet ?

Pour l’instant c’est clairement les concerts sur lequel je me concentre le plus parce que c’est le plus concret comme retour. Ce n’est pas sur les streams ou sur Instagram que je vais avoir cette énergie et ce retour, il n’y a qu’en concert où je me rends compte que ma musique touche d’autres personnes. Je suis stressé avant de monter sur scène mais c’est du bon stress, j’ai envie que tout soit carré et j’essaye de faire mon set au mieux tout en le diversifiant. Après le concert je suis vraiment fatigué et je pense que c’est le signe d’un show qui s’est bien déroulé. Les retours de l’EP sont positifs en général en termes de qualité et d’écriture, je sens que j’ai passé un niveau, j’ai eu des personnes qui ont découvert mon projet grâce à la sortie, au documentaire et aux concerts donc je suis déjà très satisfait.

Le mot de la fin LYORY ?

C’est ça qui est beau.

Merci à LYORY, allez le voir en concert avec sa fanfare macabre, allez suivre ces réseaux sociaux ainsi que son magnifique EP Un mélange de sang et de chocolat, un rap dur dans un univers sombre avec une pure énergie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s