Pearl Jam : Still Alive in Amsterdam ! ​

Après un lundi Foo, nous étions encore sur la route hier soir pour assister à la première de la « mini-tournée » européenne des légendaires Pearl Jam. C’est le Ziggo Dome  d’Amsterdam qui accueillait à guichet fermé le groupe originaire de Seattle. Les six paddies ont-ils fait honneur à leur carrière irréprochable ? Chronique d’un mardi soir presque comme les autres !

Il est 20h20, c’est au son de « Methamorphosis Two » de Philip Glass que les gaillards arrivent sur scène. D’emblée (et c’est presque une tradition), Eddie se lance dans un discours en néerlandais avant de lancer calmement les hostilités. Une chose saute aux oreilles pendant « Long Road » et « Low Light » : le son est quasi parfait ! Le décor est plutôt simpliste avec ces jolies sphères lumineuses, tout en simplicité. Depuis vingt-huit ans, beaucoup de choses font que PJ est unique : la voix d’Eddie est toujours aussi remarquable et incomparable … le tout servi par des musiciens sensationnels : Matt Cameron à la batterie, Stone Gossard et l’incroyable Mike McCready aux guitares, Jeff Ament à la basse et le discret Boom Gaspar aux pianos. C’est avec la célébre « Elderly Woman … » que le show va s’envoler définitivement sans jamais en redescendre. Tout va s’enchaîner sans temps mort mises à part les petites anecdotes distillées par Eddie. La salle va encore prendre quelques degrés avec l’entêtant « Corduroy ». Le public ne se fera pas prier pour chanter, crier et frapper dans les mains tout au long de la soirée. Et comme souvent durant leurs concerts, ils vont faire plaisir à tout le monde en passant des hits aux chansons plus méconnues : de « Do The Evolution » ou « Even Flow » à « Severed Hand » ou « Red Mosquito ». La complicité avec le public n’est pas feinte et ça se ressent tout au long du concert. Sur « Daughter », on aura droit à un snippet d’« Another Brick In The Wall (part 2) ». Le main act se termine sur le jouissif et choralien « Better Man ».
On repartira pour près d’une heure de rappel et pas des moindres; entre les bains de foule, les lancers de tambours … nous aurons droit à « Why Go », « Black », « Alive ». On connait l’admiration du groupe pour Neil Young et ils ne délogeront pas à la règle de le reprendre avec « Fuckin’ Up ». Les « Magnificent Six » concluront sur une version planante et dépouillée d’« Indifference » de l’album « Vs ».

Durant près de cent-cinquante minutes, Pearl Jam a fait l’étalage de toute sa classe. On en est presque à regretter la suppression de deux morceaux prévus sur la setlist pour prolonger notre bonheur. On les retrouvera à Werchter pour doubler notre plaisir. Mais la question en suspens reste « Quand arrivera le prochain album ? » 2019 visiblement !

Keep on Rockin’ In the Free World Guys !

PJ SL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s