Cassius prolonge l’été

Dix ans après son dernier album « 15 again », six ans après l’E.P « The Rawkers », dans lequel figure l’exceptionnel « I < 3  U So », Cassius revient aujourd’hui avec « Ibifornia ». Alors que l’été touche peu à peu à sa fin, malgré une canicule féroce qui semble ne pas vouloir finir, Cassius a décidé de nous offrir le soleil qui risque de nous manquer lors des premières grisailles de septembre.

« Ibifornia » c’est la contraction d’Ibiza et de California, on peut donc considérer ce nom comme l’île secrète des Cassius pour faire la fête; une île avec un volcan, des singes géants, des animaux sauvages, un saxophone à la cool, des percussions folles et la guitare de Matthieu Chedid.

Cassius nous embarquent avec eux sur leur île magique et convoquent quelques copains, parfois attendus comme Pharrell Williams déjà présent sur le précédent album et d’autres plus surprenant comme Mike D ou Cat Power.  Le tout marche à merveille, nous offrant 10 chansons qui s’enfilent comme les perles d’un joli collier à porter sur Ibifornia.

Car ici on parle bien de chansons structurées, organiques, vivantes et c’est d’ailleurs la grande force de l’album qui nous offre un univers, une faune vivante, bien loin des albums électroniques parfois artificiels qui préfèrent planter le plus de hits et de featurings, proposant ainsi une sorte de compilation sans âme plutôt que d’offrir un véritable album à son auditeur.

Et si l’île est un mélange, la musique l’est aussi. On passe ainsi de la pop de « The Missing » aux rythmes imparables de « Action », « Feel Like Me » ou « Go Up » en faisant une escale sur l’instrumentale cheezy et dansante de « Ibifornia » pour ensuite passer en territoire rock saveur prince de « Hey You! » nous dirigeant doucement vers la langoureuse « The Sound of Love » pour enfin atterrir sur la formidable et imparable « Ponce ». Le tout donne donc un album coloré et savoureux, unique et cohérent, qui ne prend pas ses auditeurs pour des idiots.

Après six ans d’absence les Cassius ont donc décidé de quitter leur île et nous offre l’album idéal pour la fin de l’été. On est pas prêts de s’arrêter de danser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s