On a marché sur 2019 : les albums

Chaque année, des centaines d’albums sortent. Certains sont à oublier, d’autres marquent clairement les esprits. Ce sont ces derniers dont nous voulons vous parler dans la suite de notre récapitulatif de l’année 2019 !

Antoine :

  • Rival Sons – Feral Roots : assurément le meilleur album du groupe. Un véritable concentré rock americana très roots qui permet aux Rival Sons d’étaler leur talent dans des pistes absolument fabuleuses comme Feral Foots, Back In The Woods ou le magistral Shooting Star. Jay Buchanan est ici au sommet de son art. A écouter d’urgence et à placer dans toutes les oreilles.
  • Slipknot – We Are Not Your Kind : Corey Taylor étaient très attendus avec ce nouvel album. Avec un Unsainted déjà incontournable dans la discographie du groupe, on ne pouvait que s’attendre à un diamant brut et devinez quoi ? Nous n’étions pas au bout de nos surprises ! Sans hésiter, l’album métal de l’année.
  • Foals – Everything Not Saved Will Be Lost Pt.2 : les Anglais de Foals ont fait fort cette année en sortant non pas un mais bien deux albums. Inspirés par les tensions actuelles en Grande-Bretagne mais aussi dans le monde entier, ils ont frappé fort avec ce second opus qui présente des morceaux d’une rare puissance comme Black Bull, Neptune ou encore The Runner. Et si Foals était le groupe de l’année ?

Guillaume :

  • The National – I Am Easy To Find : à chaque fois, on est surpis avec le quintet de Cincinatti. Ici, peut-être encore plus, avec un opus quasi concept avec la présence importante de plusieurs voix féminines comme Gail Ann Dorsey, Sharon Van Etten ou encore Lisa Hannigan. Ces différentes caresses vocales se mêlent parfaitement à l’univers musicale des National et la voix toujours si profonde de Matt Berninger. Plus de soixante minutes divines dont on retient les fabuleux Not In Kansas, Oblivions ou encore Hairpin Turns ! Si Leonard Cohen avait fait un album rock, ça aurait été celui là !
  • Nick Cave & The Bad Seeds – Ghosteen : une émotion intense, brute parcourt ce disque où Nick Cave parle à son fils disparu et donne sa vision du paradis. Une complainte lumineuse et pleine d’espoirs pour une oeuvre percutante et oh combien indispensable pour retrouver une certain sérénité ! A écouter plusieurs fois pour en comprendre les différentes facettes. Bouleversant !
  • Bruce Springsteen – Western Stars : on n’a pas eu l’occasion d’en parler, il était donc important de réparer cela ! Le Boss nous offre, une fois de plus, un magnifique road movie musical dans la lignée de Working On A Dream. On y suit les aventures et les instants de vie d’un homme dans un univers très cinématographique. Dans un savoureux mélange pop seventies et d’americana, Bruce y met beaucoup de nostalgie et un soupçon d’autobiographie. Un disque qui donne une immense envie de voyages !

Vicky :

  • KO KO MO – Lemon Twins : cet album occupe ma première place car il m’a accompagnée tout au long de l’année 2019. Je l’ai adoré et écouté en boucle, je l’ai décortiqué, bref je le connais par coeur. Je le trouve ingénieux car il offre un rock n’ roll moderne et vintage à la fois, il est frais et puissant. Puis la voix du chanteur Warren ne m’a pas laissée indifférente. Le duo KO KO MO mérite tellement plus de reconnaissance, ils sont vraiment prometteurs avec ce deuxième opus.
  • Foals – Everything Not Saved Will Be Lost, Pt. 1 : Foals a beaucoup fait parler de lui cette année pour avoir sorti non pas un mais deux albums (vous comprenez que le deuxième n’est autre que la partie 2). Selon moi, ce groupe en impose vraiment cette année avec cet opus et qui a assis une fois de plus son succès alors qu’il faisait déjà partie de la cour des grands. Et un groupe qui parvient encore à sortir le meilleur de lui -même après au moins cinq albums, ça forge le respect.
  • Billie Eilish – when we all fall asleep, where do we go? : avec son nouvel album, Billie Eilish casse les codes de la pop, souvent trop infusée d’Ariana Grande et de Taylor Swift. Elle insuffle un vent nouveau sur ce genre avec son style maniaco-dépressif exagéré et une voix totalement névrosée, qui sait pourtant se faire belle. Tout cela greffé sur des beats entraînants et des sons électro s’avérant assez innovants. A 18 ans, cette nouvelle coqueluche de la pop n’a pas fini de nous impressionner.

Priscilla :

  • Slipknot – We Are Not Your Kind : on les attendait au tournant et ils nous ont bien eus. Slipknot renoue avec ses souvenirs d’antan : du brut, du lourd, du tout bon. Certaines chansons peuvent déjà se targuer d’être des classiques comme Nero Forte, Solway Firth ou Unsainted ne sont passées à côté de personne.
  • Rammstein – Rammstein : on pouvait difficilement passer à côté du grand retour des Teutons sur le devant de la scène. Avant une tournée retentissante, c’est un album particulièrement étonnant qui nous a été offert. Deutschland a fait le buzz pour d’obscures raisons qui ne nous ont toutefois pas empêché d’apprécier l’œuvre à sa juste valeur. On est sur du Rammstein plus calme, plus mesuré mais toujours aussi percutant et engagé. Finalement, n’est-ce-pas ce qu’on leur demande ?
  • Starset – Divisions : Starset sortait cette année un nouvel opus en pleine lignée de ses prédécesseurs. Calculé, précis, rien n’est laissé au hasard et ce qui fait la force de Divisions, amas de chansons toutes en ligne les unes avec les autres. L’histoire continue et s’assombrit, pour nous offrir l’un des albums les plus aboutis qu’on ait entendu depuis longtemps.

Lauryn :

  • Bastille – Doom Days : c’est avant tout un « concept album » comme explique le groupe : il décrit une nuit de fête, chaque chanson représentant une heure bien précise. Sorti en juin, cet album est un cadeau offert par le groupe anglais qui a, comme d’habitude, réussi à nous combler avec des titres qui restent dans cette tonalité qui leur est propre, sans que ça soit du déjà-vu pour autant.
  • Therapie Taxi – Cadavre Exquis : le petit dernier ! Sorti en ce début décembre, il marque le retour du groupe français après une réédition de leur premier album Hit Sale sorti l’année dernière. On retrouve bien leur univers, leur son, leurs paroles bien crues parfois, bref, du Therapie Taxi!
  • Wallows – Nothing Happens : de passage en juin en Belgique au mois de juin, ils nous avaient fait découvrir cet album live, sorti plus tôt dans l’année. C’est un album d’été, comme d’hiver qui nous fait danser et pleurer. Une vraie pépite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s