Les Solidarités 2022 respirent encore

Parmi les festivals qui ont rapidement pris de l’ampleur en Belgique, on retrouve le Namurois de l’étape : les Solidarités.

Initié par les équipes de Solidaris, l’événement a rapidement pris du galon auprès du public, au point d’en devenir un rendez-vous estival majeur et populaire. Cet été 2022 marque la reprise du festival après une absence forcée par un virus peu médiatisé. On avait donc rendez-vous au sommet de la capitale wallonne ces 26, 27 et 28 août pour un week-end musical dans une ambiance familiale et engagée.

C’est le vendredi que démarraient les hostilités avec Gauvain Sers, « chanteur de la Creuse avec une casquette en velours côtelée marron » comme il aime se décrire, chargé d’inaugurer la scène principale de l’Esplanade. Le protégé de Renaud a réussi à se mettre le public dans sa poche avec un concert entre énergie et tendresse tout en faisant preuve d’une grande générosité. C’est d’ailleurs durant ce set que le soleil a décidé de pointer le bout de ses rayons. Pour cette première soirée plus courte que les suivantes, on choisira de rester devant cette scène pour profiter des deux autres têtes d’affiche de ce vendredi.

Pic by Antoine Champion

La première, c’était la chanteuse Hoshi. Véritable phénomène de la chanson française, elle était attendue par une foule massive sur la Citadelle. Vivre un concert d’Hoshi, c’est plonger dans une expérience touchante et humaine. Atteinte de la maladie de Ménière qui lui fait progressivement perdre son audition (déjà 50% nous dit-elle sur scène), elle en parle brillamment dans ses textes comme dans l’émouvant Fais-moi signe. Elle est également engagée dans la cause LGBTQ+ et dénonce l’homophobie dont elle a été victime sur son tube Amour censure. Pendant une heure, Hoshi a tout donné, sourire aux lèvres, pour combler les festivaliers.

Pic by Antoine Champion

La seconde tête d’affiche, c’était Grand Corps Malade. Le pionnier du slam en France est actuellement en tournée pour défendre son album Mesdames sur lequel il n’a fait que des collaborations avec des artistes féminines. Devenu au fil du temps une machine à succès, Fabien l’a prouvé ce soir avec un concert qui a ravi Namur avec ses textes poétiques, presque acrobatiques. Accompagné sur scène par Mosimann, il va proposer des morceaux quelque peu réarrangés à l’image de Le jour se lève qui ouvrait le concert. Pour ses duos avec Louane ou encore Suzanne, ces dernières apparaîtront sur l’écran géant en fond de scène pour permettre à Grand Corps Malade de donner vie à son dernier album.

C’est le samedi que les choses sérieuses commencent dès 11h30 avec non pas l’apéro, mais bien le concert pour enfants avec la superstar des petits : Aldebert. Une plaine pleine à craquer attendait le chanteur qui a parfaitement rempli son contrat sur ses chaussures à roulettes avant de céder sa place, dans l’agora, aux Chilly Pom Pom Pee. Ce groupe liégeois proposait un spectacle-concert sur l’histoire du rock, de Elvis aux White Stripes, qui a ravi autant les enfants que les parents qui chantaient chacun des tubes. Nous passerons l’après-midi au son des découvertes avec Flèche Love, artiste envoûtante et envoûtée, et Rori, la jeune étoile montante de la scène belge qui a enchanté un Théâtre du Verdure plein à craquer. Elle nous a dévoilé quelques chansons de son EP à venir mais aussi son tube Docteur repris en choeur par les festivaliers. Promis, on vous reparlera de ce phénomène ! Après que L’or du commun ait foutu le bordel sur l’Esplanade, on attendait la première tête d’affiche de ce samedi : Eddy de Pretto. Le chanteur français était là pour défendre son album A tous les bâtards et l’a fait avec maestria alignant les tubes Fête de trop, Parfaitement ou encore Kid. Un beau moment de communion avant d’applaudir Benjamin Biolay. Le crooner français a conquis son public belge avec un set foncièrement rock entamé par son tube La Superbe. Une vraie réussite pour lui qui attendait depuis deux ans de revenir en Belgique (le virus, encore). La soirée s’est achevée en apothéose avec la reine de la soirée, peut-être du festival, Clara Luciani. Comme à chacun de ses passages, l’interprète de Respire encore a mis le feu aux Solidarités avec toute son énergie et sa poésie francophone.

Pic by Antoine Champion

Pour clôturer cette édition du festival, les organisateurs avaient misé une fois de plus sur des artistes confirmés et des découvertes. On retrouvait par exemple la merveilleuse Lubiana au Théâtre de Verdure, Amadou et Mariam sur l’Esplanade, Pierre de Maere au Théâtre (vous aviez intérêt à arriver tôt pour apercevoir celui que beaucoup attendaient aujourd’hui), Christophe Maé et sa fermeture éclair ouverte sur l’Esplanade suivi par Gaëtan Roussel et sa setlist remplie de tubes et la légende de la chanson française Bernard Lavilliers. Encore une journée éclectique qui, malgré la fatigue et la chaleur, nous en a encore mis plein les yeux et les oreilles.

On sait déjà que les Solidarités déménageront pour les trois prochaines années mais on a déjà hâte de revenir pour passer d’aussi beaux moments. Si le festival n’aura plus lieu au sommet de Namur, les moments passés y seront toujours et c’est ça le plus important.

Pic by Antoine Champion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s