Architects : un concert, de solides fondations

Samedi, nous refoulions déjà les planches avec notre premier concert de 2023 : Architects passait par Düsseldorf pour une tournée éclair mais intense en Allemagne.

2023, round 1. Architects amorçait sa tournée européenne par un rapide passage outre-Rhin. Une tournée éclair donc, mais pourtant immanquable : un set de 2h, rendant hommage aux quatre derniers albums du groupe dont, essentiellement, les deux derniers en date : the classic symptoms of a broken spirit et For Those That Wish To Exist.

Engagé par les anonymes de Sleep Token et les Australiens de Northlane, le concert avait tout pour plaire : du rythme, du mystère et du metal. Une entrée en matière digne de ce nom qui nous a permis de patienter jusqu’à cette fameuse représentation qui s’annonçait épique. Teasée depuis longtemps sur les réseaux, notre rencontre avec Architects se devait d’être grandiose.

Introduits par Do you dream of Armageddon ? les Britanniques ont directement donné le ton sur Black Lungs. Cheville enflée, le frontman Sam Carter tangue mais ne tombe pas pour autant : il saute à cloche-pied, mais il saute Et même si Dan Searle nous fera une petite frayeur en prenant le micro lorsque Sam quittera la scène au bout de deux morceaux, on est ravis de voir que sa blessure ne l’empêche pas de se donner corps et âme dans son travail. Parce que c’est ce qui fait la force d’Architects : un groupe qui vit sa musique, la transpire par tous les pores et transperce ceux qui en sont moins convaincus. Et cette passion se ressent aussi dans la mixité des publics présents ce soir ; les purs métalleux côtoient les plus jeunes et parfois novices d’entre-eux.

Architects raconte une histoire, qui a d’ailleurs pris tout son sens lors du quart d’heure acoustique qui nous a été offert : Memento Mori mais surtout A Wasted Hymn, nous ont certes fait oublier qu’on suivait un concert de metal mais nous a émus aux larmes tant le message est poignant, pur et surtout vrai. Un moment suspendu entre deux riffs bien lourds, à savoir A Match Made In Heaven et Hereafter.

Finalement, on vient d’assister à ce que Architects est devenu depuis le décès de Tom Searle : un groupe peiné et en colère, qui sait parfaitement traduire ses sentiments en chansons et surtout en live.

Ils n’avaient pas menti sur la marchandise : cette tournée allemande est sans doute la plus intense de leur carrière. Et si le public a répondu présent, c’est dans les yeux de Sam Carter lui-même qu’on comprends le sens du mot « merci ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s